International

L’ancien patron d’Audi Rupert Stadler sera jugé pour Dieselgate

Rupert Stadler est accusé de “fraude, falsification de certificats et publicité mensongère”.

Francfort am, Allemagne:

L’ancien propriétaire d’Audi Rupert Stadler s’est joint mercredi à un procès de premier ordre en Allemagne pour le scandale des émissions du «dieselgate», cinq ans après que la société mère VW a reconnu sa responsabilité.

Stadler, 57 ans, est accusé de “fraude, falsification de certificats et publicité mensongère”, selon l’acte d’accusation lu devant un tribunal de district de Munich.

Il est à quai avec l’ancien directeur d’Audi et Porsche Wolfgang Hatz et deux ingénieurs Audi.

Aucun cadre supérieur n’a jusqu’à présent été condamné en Allemagne dans le cadre du scandale de septembre 2015 lorsque le groupe Volkswagen a admis avoir installé un logiciel de triche sur 11 millions de moteurs diesel.

Les dispositifs dits de défaite ont pollué les voitures lors de tests en laboratoire selon des tests effectués sur route.

On s’attend à ce que les médias soient plus intéressés par l’audience d’inauguration, qui incite les fonctionnaires du tribunal à agir au Nyaya Bhavan, dans la banlieue de Munich.

En raison de l’interdiction des coronovirus, les places dans la salle d’audience seront limitées, a déclaré un porte-parole du tribunal à l’AFP.

‘Pas de mauvaise chose’

Stadler était directeur général d’Audi depuis 11 ans, lorsqu’il a été arrêté en juin 2018.

Il a fait une démonstration de quatre mois parce qu’il craignait d’essayer d’influencer les témoins.

Homme de carrière chez Audi, il a rejoint le constructeur automobile de luxe en 1990 et a été nommé PDG en 2007.

Les procureurs affirment que Stadler était au courant du scandale des émissions au «plus tard» à la fin du mois de septembre 2015, mais qu’il était toujours autorisé à vendre des milliers de véhicules supplémentaires équipés d’équipements perdus.

Trois de ses co-accusés l’ont accusé d’avoir développé des moteurs diesel équipés d’un logiciel de sabotage, qui ont été installés dans les voitures vendues jusqu’en 2009.

Un total de 434 420 véhicules Volkswagen, Audi et Porsche vendus en Europe et en Amérique contre des hommes sont couverts.

Stadler a toujours nié les allégations.

Le co-accusé Hatz, dont les rôles précédents dans le groupe VW incluent le responsable de la recherche et du développement de son unité Porsche, nie également tout acte répréhensible.

Son avocat a déclaré que Hutz répondrait aux allégations “en détail”.

Des tests importants et complexes devraient se dérouler jusqu’à la fin décembre 2022.

L’acte d’accusation, lu à haute voix mercredi seulement, compte plus de 90 pages.

S’ils sont reconnus coupables, ils peuvent être condamnés à des peines de prison allant jusqu’à 10 ans.

Facture ‘Dieselgate’

Stadler n’est pas le seul à se préparer pour sa journée sur le terrain.

Un tribunal régional de Brunswick, près du siège de VW à Wolfsburg, a décidé plus tôt ce mois-ci que Martin Winterkorn, l’ancien directeur général du groupe VW, devrait être poursuivi pour fraude et manipulation boursière.

L’actuel PDG du groupe, Herbert Dias, et le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Poesch, ont fait face à des accusations similaires pour ne pas avoir informé les actionnaires en temps opportun du scandale de la pollution.

Mais ces procédures ont été abandonnées après que VW a accepté un règlement qui a coûté neuf millions d’euros (10,5 millions de dollars).

Cinq ans après la crise, le géant allemand de l’automobile est toujours l’un des plus grands constructeurs automobiles du monde, mais il est plongé dans des problèmes juridiques coûteux.

Le groupe a déjà payé plus de 30 milliards d’euros d’amendes, de frais de justice et d’indemnisation aux propriétaires de voitures, principalement aux États-Unis.

En avril, VW a réglé le plus grand procès d’Allemagne dans le cadre d’un règlement à l’amiable, dans lequel il a accepté de payer environ 750 millions d’euros à 235 000 clients, soit entre 1 350 et 6 250 euros par voiture.

Et la facture finale du «dieselgate» est réglée après qu’une décision de justice allemande de mai a ordonné à VW de racheter un diesel truqué à son propriétaire, ouvrant la voie à des transactions similaires avec des milliers d’autres demandeurs.

(Cette histoire n’est pas éditée par le personnel de NDTV et générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Related Articles

Close