International

Un scientifique russe retrace la Chine pour une prétendue technologie de passage: rapport

Alexander Luknin a été arrêté mardi après son retour de Chine (représentant)

Moscou:

Les médias russes ont arrêté jeudi un scientifique russe en Sibérie pour avoir prétendument transmis la technologie à la Chine.

Alexander Lukanin, un scientifique de 64 ans de la ville sibérienne de Tomsk, a été arrêté mardi après son retour de Chine pour travailler dans une université locale, selon MBKH Media, un média fondé par le critique du Kremlin Mikhail Khodorkovsky. est allé.

L’appartement de Lukanin a également été perquisitionné par le service de sécurité du FSB, a rapporté MBKh Media, dont l’un était un ami du scientifique.

Un message envoyé par Reuters à l’adresse e-mail de Lukin est resté sans réponse jeudi. Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part des responsables russes ou chinois.

En vertu de la loi russe, le transfert illégal de technologie vers un pays étranger peut entraîner jusqu’à trois ans de prison.

L’agence de presse Interfax a cité une source qui aurait déclaré que Lukanin avait été arrêté pour avoir prétendument transmis de la technologie à la Chine, mais qu’il n’était pas accusé d’avoir transmis des secrets d’État, Peut être passible d’une peine de prison.

Ces dernières années, de nombreux scientifiques russes ont été arrêtés et accusés de crimes tels que la trahison pour avoir remis du matériel sensible, y compris des citoyens chinois, à des traîtres.

Les critiques du Kremlin disent que l’arrestation découle souvent d’une paranoïa non fondée.

En février, Valery Mitko, scientifique en chef à l’Académie des sciences de l’Arctique à Saint-Pétersbourg, a été accusé de trahison, car il était accusé d’avoir transmis des secrets d’État en Chine.

Comme Lucanin, Mitko s’est rendu en Chine pour travailler dans une université.

Malgré les réticences de certains politiciens nationalistes, la Russie a donné la priorité aux liens étroits avec la Chine, d’autant plus que la fusion de l’Ukraine avec la Crimée en 2014 a rompu ses liens avec l’Occident.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par les employés de NDTV et publiée à partir d’un flux syndiqué.)

Related Articles

Close