International

Suspect d’un professeur de français présumé de 18 ans d’origine tchétchène: rapport

Le président français Emmanuel Macron à l’extérieur de l’école avec le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanchere

Paris:

Une source judiciaire a déclaré samedi qu’un professeur de français soupçonné de blasphème qui montrait des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves était né à Moscou, 18 ans, et en Tchétchénie, dans le sud de la Russie.

La source a déclaré que neuf personnes au total ont été détenues par les parents d’un enfant de l’école dans laquelle l’enseignant travaillait.

Selon la source, les deux enseignants détenus ont indiqué un désaccord avec la décision de l’enseignant de montrer les dessins animés.

Les autres étudiants de première année détenus pour interrogatoire ne sont pas des membres de la famille mais des membres de la famille du suspect.

L’agresseur a été abattu par la police et est décédé plus tard. Des documents d’identité y ont été trouvés.

La France a connu une vague de violence islamique depuis les attentats terroristes de 2015 contre le magazine satirique Charlie Hebdo et un supermarché juif de la capitale.

Les procureurs antiterroristes français ont déclaré qu’ils traitaient l’attaque comme “un meurtre impliquant une organisation terroriste”.

L’attaque s’est produite à 17 heures (15h00 GMT) à proximité du collège de la banlieue parisienne où l’enseignant travaillait dans la banlieue nord-ouest de Conflance Saint-Honorin, à 30 kilomètres (20 mi) du centre-ville.

L’assassinat a marqué “une attaque terroriste islamiste”, le président Emanuel Macron ayant déclaré qu’il s’était rendu sur les lieux.

La victime était un professeur d’histoire, qui a récemment montré des caricatures du prophète Mahomet, dans le cadre d’une discussion en classe sur la liberté d’expression.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par les employés de NDTV et publiée à partir d’un flux syndiqué.)

Related Articles

Close