International

Les maisons de police de dizaines de terroristes islamistes attaquées en France: le ministre

Les raids ont eu lieu un jour après que les gens ont assisté à des rassemblements pour honorer l’enseignant.

Paris:

La police française a fait une descente lundi dans les maisons de dizaines de militants islamiques présumés, trois jours après que le prophète Mahomet a condamné un enseignant montrant des caricatures de ses élèves.

Le raid a eu lieu un jour après que des dizaines de personnes ont assisté à des rassemblements nationaux pour honorer le professeur Samuel Patty et protéger la liberté d’expression.

Gerald Dermannin a déclaré que la descente sur le réseau islamique avait pour but d’envoyer un message que “les ennemis de la république” ne bénéficieraient pas d’un “soulagement d’une minute”.

Il a déclaré que plus de 80 enquêtes avaient été ouvertes pour discours de haine en ligne après l’attaque, qui présente des similitudes avec le massacre de 2015 dans le magazine satire Charlie Hebdo où 12 personnes ont été abattues pour avoir publié des caricatures de Mohammed.

L’attaque – la première d’une série d’attentats qui ont tué plus de 240 personnes en France – a amené plus d’un million de personnes dans les rues de Paris pour condamner l’extrémisme.

Dimanche, les gens se sont de nouveau rendus à la place de la République à Paris, où les dirigeants mondiaux ont défilé avec les Français en 2015.

Certains dans la foule ont scandé “Je suis Samuel”, un rassemblement de 2015 “Je suis Charlie” fait écho aux partisans de la liberté d’expression.

– Enseignants visés par la ‘fatwa’ –

Patty, 47 ans, a été assassinée sur le chemin du retour de l’école, où il enseigne dans une banlieue parisienne vendredi après-midi.

Une photo de l’enseignant et d’un Tchétchène de 18 ans, Abdullakh Anjorov, a été prise sur le téléphone portable d’un tueur avouant son meurtre, qui a été abattu par la police.

Onze personnes sont impliquées dans l’attaque, y compris le père d’un militant islamique connu et un disciple de Patty, qui l’a attaquée en ligne et a appelé à son renvoi.

Dermannin a accusé les deux individus d’avoir émis une “fatwa” contre Patty, qui a été utilisée pour l’édition islamique, pour décrire la peine de mort infligée par l’écrivain de 1989 Salman Rushdie à l’ayatollah Khaini d’Iran A été fait pour

“Il a apparemment lancé une fatwa contre le professeur”, a déclaré le ministre à la radio Europe 1.

La famille d’Anzorov est arrivée en France à l’âge de six ans, originaire de la République russe à majorité musulmane de Tchétchénie.

Quatre membres de sa famille, qui ont été demandés asile en France pour être interrogés.

Patty, qui était vénérée par les élèves et les parents comme une enseignante dévouée, a été la cible de menaces en ligne de montrer les dessins de Mohammed à sa classe civile.

Les déclarations du Prophète ont été largement interdites dans l’Islam.

Selon son école, Pati a donné aux enfants musulmans la possibilité de quitter la classe avant de montrer des dessins animés, disant qu’il ne voulait pas que ses sentiments soient blessés.

Un hommage national à Patty aura lieu mercredi.

– ‘nous n’avons pas peur’ –

Dimanche, le président Emanuel Macron a ordonné une action rapide contre la propagande islamique radicale en ligne.

Les responsables français ont également déclaré qu’ils poursuivraient les auteurs de quelque 80 messages de sympathie en ligne pour Anjorov et renforceraient la sécurité dans les écoles à leur retour après la mi-temps.

Dimanche, les manifestants ont placé des affiches séparées sur la place de la République, proclamant: “Pas pour le totalitarisme de la pensée”, et “Je suis enseignant”.

“Vous ne nous faites pas peur. Nous n’avons pas peur. Vous ne nous diviserez pas. Nous sommes la France!” Tweeté par le Premier ministre Jean Castex, qui a assisté à la manifestation de Paris.

L’attaque de vendredi était la deuxième du genre après le début d’un procès le mois dernier sur les meurtres de Charlie Hebdo.

Le magazine a réédité les caricatures controversées pour le procès, et le mois dernier, un jeune Pakistanais a blessé deux personnes avec un couperet à viande devant l’ancien bureau de Charlie Hebdo.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et publiée à partir d’un flux syndiqué.)

Related Articles

Close