International

Le principal organisme de soins intensifs au monde déconseille Remediesvir pour les patients malades du Kovid

Le principal organisme de soins intensifs au monde déconseille le remodevir pour les patients malades kovidés

Bruxelles:

Le remodevir antiviral ne doit pas être utilisé comme traitement de routine pour les patients Kovid-19, l’un des principaux organismes mondiaux représentant les médecins de soins intensifs, développé par la société américaine Gilead, l’un des services de soins intensifs. Dit un coup dur à la drogue.

Le remédisavir, également connu sous le nom de vecleri, et la dexamétasone stéroïde sont les seuls médicaments autorisés à traiter les patients atteints de COVID-19 dans le monde. Mais la plus grande étude sur l’efficacité du Remedisvir, menée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a été présentée le 15 octobre. Contrairement aux tests précédents, il a eu peu ou pas d’effet.

«Le remédisvir est désormais classé comme un médicament que vous ne devez pas utiliser régulièrement chez les patients atteints de COVID-19», a déclaré la Société européenne de médecine de soins intensifs (ESICM) à la lumière des nouvelles données provisoires de l’essai de solidarité de l’OMS A déclaré le président Jozef Kseyoglu. Dans une interview avec Reuters.

Kaseikoglu a déclaré que la recommandation serait discutée dans un article scientifique sur la thérapie COVID que l’ESICM prépare avec un autre organisme de soins intensifs, la Society of Critical Care Medicine, qui devrait être publié d’ici janvier.

Une version antérieure du document publiée en mars a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment d’informations pour recommander l’utilisation de Remedisvir et d’autres antiviraux chez les patients gravement malades du COVID-19.

Gilead, qui a remis en question les conclusions de l’OMS, a déclaré dans un communiqué envoyé par courrier électronique: “Nous pensons que les médecins de première ligne reconnaissent le bénéfice clinique de Vecleri sur la base de preuves solides issues de plusieurs études contrôlées randomisées.”

L’ESICM représente des milliers d’anesthésiologistes, d’inhalothérapeutes, d’infirmières et d’autres professionnels des soins intensifs dans plus de 120 pays.

(Cette histoire n’est pas éditée par les employés de NDTV et générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Related Articles

Close