Aidez le à protéger les personnes et les biens

Près de 4000 courriels individuels ont été envoyés à la première ministre Annastacia Palaszczuk pour s'opposer aux réformes locatives proposées par son gouvernement, depuis que le nous a lancé sa campagne contre les changements mercredi soir dernier.

Les 1000 premiers e-mails ont été envoyés dans les 48 premières heures suivant le lancement de la campagne, envoyant un message clair que la communauté immobilière s'oppose fermement à ces réformes proposées.

«De toute évidence, les gens sont mécontents de ces propositions de réformes dommageables et ils font entendre leur voix», déclare Antonia Mercorella, PDG du nous.

« Malgré les explications trompeuses et malhonnêtes du gouvernement de l'État concernant l'impact réel des réformes, la communauté comprend que les changements proposés créeraient les lois sur la location les plus onéreuses du pays.

"Les locataires, les propriétaires et les professionnels de l'immobilier prêtent tous leur voix à la campagne, dans le but d'empêcher la destruction du marché locatif du Queensland."

Les réformes proposées contiennent un thème récurrent – ​​la perte du contrôle du propriétaire et du pouvoir décisionnel. Parmi les réformes les plus inquiétantes, citons :

  • abolir le droit d'un propriétaire de résilier un bail à l'expiration de son terme, permettant ainsi aux locataires de rester dans le bien locatif à vie (avec seulement des exceptions limitées),
  • obliger les propriétaires à consentir aux animaux de compagnie à moins qu'une ordonnance QCAT puisse être obtenue pour permettre le refus,
  • donner aux locataires le droit d'apporter certaines modifications et altérations à la propriété sans le consentement du propriétaire (à des fins telles que l'accessibilité et la sécurité), et
  • permettant aux locataires de demander d'autres modifications pour « personnaliser » la propriété, et exigeant une réponse dans les sept jours, sinon le consentement sera réputé.

Le nous est particulièrement préoccupé par l'effet d'entraînement potentiel des réformes, qui dissuaderait les investisseurs d'entrer sur le marché locatif, réduisant ainsi l'offre de logements et augmentant les tarifs pour les locataires.

Ce sentiment a été largement partagé par les leaders de l'industrie, ainsi que par la communauté immobilière au sens large, qui se joignent tous au nous pour s'opposer aux réformes proposées.

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter maintenant. L'union fait la force, et ensemble, nous devons rester fermes et exprimer notre opposition à ces nouvelles lois proposées.

Le site Web de la campagne du nous, www.rentalreforms.com.au, propose une gamme de ressources disponibles pour ceux qui souhaitent faire une différence dans le résultat, y compris un lien direct pour envoyer un e-mail au Premier ministre, un modèle de lettre pour informer les propriétaires des réformes proposées, des vidéos informatives et une sélection de contenus partageables sur les réseaux sociaux.

Il n'est pas trop tard pour faire quelque chose à propos de ces réformes.

Journal

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up