Credit Recovery and Asset Investigations : documents en ligne

Comment récupérer des crédits et des documents utiles pour les enquêtes d’actifs : une étude approfondie.

Les méthodes de recouvrement de créances varient selon le type de crédit en question : s’il s’agit d’une action à effectuer sur la base d’un titre exécutif existant et pouvant être exécutée de manière autonome, telle qu’un chèque ou une lettre de change, ou que vous devez avoir au préalable une garantie pour être appliqués contre le débiteur, en tant que décret d’injonction pour les factures de non-paiement, les procédures sont différentes.

Recouvrement de crédit et efficacité des dirigeants

Avant d’attaquer les biens d’un débiteur, il est essentiel de disposer d’un document ayant « une efficacité exécutoire ». De quoi s’agit-il ? Un acte ou un document qui permet d’engager, après un préavis de paiement (ce que l’on appelle le précepte), une procédure exécutive (forclusion) sur les actifs de celui-ci, afin de satisfaire son propre crédit.

La loi reconnaît l’efficacité exécutive d’une série de documents. Les plus connus sont sans aucun doute les factures et les chèques. Dans les cas où le créancier est en possession de ces titres et que le débiteur n’a pas l’intention de s’acquitter spontanément de son obligation, le premier peut agir immédiatement après notification du précepte de paiement et, ensuite, attaquer les actifs du second.

Que se passe-t-il si le créancier ne possède pas de tels titres ? Si le créancier est en possession d’autres documents prouvant l’ampleur des montants à payer tels que des factures, des baux, etc., il doit au préalable obtenir un titre tel qu’un décret d’injonction ou un jugement, qui « ordonne » précisément au débiteur le paiement de ce qui est dû.

Une fois que le titre a été acquis et que le titre est devenu exécutoire, par exemple en raison d’un manque d’opposition ou parce qu’il a déjà été reconnu comme tel par le juge, il est possible de procéder à l’intimation du paiement.

Exécution immobilière : comment procéder ?

À ce stade, une fois que l’intimation a été faite, si le paiement n’est pas effectué spontanément, le créancier peut décider d’attaquer les actifs du débiteur de deux manières : par le biais d’une exécution « mobiliaire » ou d’une exécution « immobilière ».

Dans le cas de l’application des valeurs mobilières, il est possible d’attaquer des biens meubles tels que des biens personnels au domicile du débiteur ou au siège social de l’entreprise s’il s’agit d’une entreprise ou d’actifs enregistrés de meubles tels que des véhicules et des voitures. De cette façon, le créancier peut être satisfait du produit de sa vente aux enchères.

L’une des formes les plus courantes d’exécution des valeurs mobilières est celle des « tiers », ce qui permet au créancier d’attaquer les actifs en possession d’un tiers, mais qui sont dus au débiteur. Un exemple ? L’argent sur un compte bancaire au nom collectés auprès d’un tiers.

Dans le cas d’une exécution immobilière, il est possible d’attaquer les actifs immobiliers du débiteur qui seront vendus lors de la vente aux enchères à la fin de la procédure d’exécution.

Exécutions immobilières et de valeurs mobilières : enquêtes sur les actifs en ligne

Avant de procéder à une exécution, il est nécessaire de mener une enquête minutieuse sur les avoirs du débiteur afin de choisir la forme d’agression la plus appropriée de ses biens. Un document qui peut s’avérer utile dans ces cas est sans aucun doute la vision de l’enquête sur les actifs des grandes entreprises.

De quoi s’agit-il ? Il est le service d’excellence dans le domaine de l’intelligence de crédit et contient le maximum d’analyses approfondies visant à analyser les transactions à haut risque et l’évaluation stratégique de ses partenaires commerciaux et de ses fournisseurs. Vous pouvez obtenir une enquête sur les actifs de grande entreprise sur Visure Italia en quelques clics.

Grâce au document obtenu, il sera possible de :

  • effectuer des analyses approfondies avant d’établir des relations commerciales délicates ;
  • évaluer les transactions commerciales à haut risque ;
  • analyser l’évolution historique de l’entreprise
  • vérifier l’historique commercial des membres et des représentants ;
  • vérifier dans le cadastre les biens immobiliers détectés dans toute l’Italie ;
  • collecter toutes les informations stratégiques disponibles sur la place ;
  • accéder à la confiance commerciale développée par l’analyste ;
  • évaluer un examen détaillé de l’analyste.

Ces informations sont particulièrement utiles pour évaluer une exécution immobilière ou de titres. Les enquêtes peuvent être demandées en indiquant sous la forme le nom, le code fiscal ou le numéro de TVA de l’entreprise.

Lisez aussi -> Salary Forecloser : nouvelles règles et documents utiles

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up