documents utiles à obtenir en ligne

Quelles sont les obligations nécessaires pour les unions civiles et les covies facto ? Quels sont les documents à livrer à la ville de résidence ? Un petit aperçu avec des liens vers des documents à obtenir en ligne en quelques clics !

La loi sur les unions civiles et la coexistence (20 mai 2016, n° 76) vient d’entrer en vigueur et, depuis le 5 juin dernier, permet aux personnes de même sexe de se connecter à la nouvelle contrainte de l’union civile et donc d’être reconnues par la loi, des droits et des devoirs à bien des égards similaires à ceux prévus pour les mariés. couples. La loi permet également aux cohabitants de fait (homosexuels ou hétérosexuels) qui entretiennent une relation émotionnelle stable de bénéficier d’une série de protections croissantes jusqu’à présent réservées uniquement aux conjoints et aux membres proches de la famille.

Mais quels sont les documents qui doivent être livrés à la ville de résidence ? Que se passe-t-il si je ne m’inscris pas ? Comment puis-je démontrer une coexistence facto ? Tout d’abord, expliquons clairement les choses en distinguant les unions civiles et la coexistence de fait.

Les unions civiles et la coexistence en fait : quelle différence ?

Beaucoup de choses ont été discutées ces derniers temps, mais est-ce vraiment clair la différence pratique entre les unions civiles et la coexistence en fait ? Quelles sont les différences concernant les déclarations à soumettre à la ville de résidence ?

En substance, on peut dire que les unions civiles sont étayées chez les personnes de même sexe. Dans ce cas, les deux partenaires doivent nécessairement faire une déclaration expresse, en présence de deux témoins, devant le fonctionnaire de l’état civil, qui, ci-dessous, procédera à l’enregistrement du syndicat dans les registres de l’état civil.

En ce qui concerne les cohabitations de fait, les avantages de la loi s’appliquent automatiquement, car la loi n’indique qu’un critère juridique de preuve de coexistence constitué par la confirmation de la discipline (déjà en vigueur) qui prévoit les déclarations obligatoires de données personnelles (de résidence et de statut familial). En l’absence de telles déclarations, cependant, une coexistence stable peut également être prouvée par d’autres moyens. Toutefois, si ce n’est qu’un des partenaires qui fait la déclaration personnelle, il devra la communiquer à l’autre par lettre recommandée, sinon il ne pourra pas utiliser les résultats personnels pour prouver la coexistence aux fins de l’application des avantages juridiques.

Dans le cas des contrats de cohabitation, les couples qui souhaitent conclure un contrat de coexistence doivent obligatoirement soumettre la déclaration personnelle car, dans ce cas, le notaire ou l’avocat délégué par les parties est tenu de transmettre l’accord à la municipalité dans laquelle le la coexistence est déjà enregistrée afin qu’elle puisse être assurée 3>Unions civiles

Maintenant que nous avons fait la distinction entre les trois hypothèses possibles, voyons concrètement ce qui doit être fait pour créer une union civile et quels sont les documents utiles à remettre au conseil municipal.

Pour que le lien juridique de l’union civile soit établi, deux adultes du même sexe doivent faire une déclaration expresse à l’agent de l’état civil de vouloir former un syndicat entre eux. Cette déclaration doit être faite personnellement en présence de deux témoins, comme prévu pour le mariage.

L’officier de l’état civil qui reçoit la déclaration doit alors enregistrer le syndicat dans les archives de l’état civil. La déclaration susmentionnée a donc pour les unions civiles une fonction constitutive de l’union elle-même et, par conséquent, sans elle, le couple, s’il vit ensemble, ne pourra bénéficier que des garanties réservées par ces mêmes cohabitants.

En fait, la coexistence : formalisation

Alors, comment un couple vivant ensemble peut-il officialiser leur relation ? Les cohabitants factuels sont définis par la nouvelle loi comme « deux personnes âgées, unies en permanence par des liens émotionnels de couple et une assistance morale et matérielle mutuelle, non liées par des relations de parenté, d’affinité ou d’adoption, du mariage ou d’une union civile ». Il n’est donc pas pertinent de savoir s’il s’agit de couples homosexuels ou hétérosexuels.

Contrairement à ce qui se passe pour le mariage et les unions civiles, pour les covies, en fait, la loi ne prévoit aucune obligation d’enregistrement et, par conséquent, une déclaration préalable doit être faite dans les bureaux de la municipalité.
Les droits et devoirs prévus par la nouvelle loi commencent, en fait, automatiquement en raison du fait d’être dans un état de fait stable coexistence comprise comme un foyer habituel dans la même municipalité et s’appliquent donc également à toute la coexistence factuelle déjà existante sans la ces derniers doivent avoir une déclaration spécifique de la part de ce dernier.

Le couple de cohabitants ne doit donc pas faire la déclaration devant l’agent de l’état civil, mais peut toujours contacter les bureaux de la municipalité pour faire des déclarations personnelles de résidence ou de statut familial. Pour les cohabitants de fait, cependant, les déclarations personnelles n’ont qu’une valeur de preuve concernant l’existence et la durée de la coexistence, dont la stabilité sera vérifiée conformément aux règles des règlements personnels de la population résidente qui prévoient :

  • l’enregistrement dans le registre de la population résidente de chaque municipalité également des personnes vivant ensemble, étant donné que dans la définition de « famille personnelle » sont inclus, en fait, les personnes liées par des contraintes affectives
  • la délivrance des certifications personnelles connexes telles que, par exemple, ou des changements liés à la composition de la famille ou à la coexistence.

En fait, la loi reconnaît la possibilité de réglementer en commun les relations financières concernant leur vie par le biais de « contrats de cohabitation ». Quelles déclarations dois-je faire pour conclure un contrat de cohabitation ? Il s’agit de contrats qui doivent être établis, sous peine de nullité, par écrit, par acte public ou par écrit, avec un abonnement notarié par un notaire ou par un avocat, qui doivent attester de leur conformité aux réglementations obligatoires et à l’ordre public.

Après la conclusion, le professionnel doit en envoyer une copie (dans un délai de 10 jours) à la municipalité de résidence des cohabitants afin de permettre l’enregistrement du contrat dans les dossiers personnels dans lesquels il a été enregistré, afin de permettre aux accords conclus par les cohabitants de s’opposer à des tiers. On en déduit que, si le couple a l’intention de conclure un contrat de coexistence, l’enregistrement préalable au bureau d’enregistrement entraîne un accomplissement nécessaire et, s’il est manquant, il doit nécessairement être effectué avant la transmission au conseil municipal de l’accord par le professionnel.

Comment puis-je prouver la coexistence facto ?

Bien que la loi soit également appliquée dans le cas d’une coexistence de fait dont les partenaires n’ont pas fait les déclarations personnelles prévues, il est possible de se retrouver dans la situation de devoir démontrer sa coexistence elle-même à des fins fiscales ou légales, ou dans le cas de la jouissance d’un bien commun ou héritage suite au décès de l’un des deux cohabitants.

Dans ce cas, la partie intéressée sera en mesure de prouver la coexistence avec des témoignages attestant du début et de la durée de la coexistence et peut également utiliser une déclaration personnelle de résidence ou de statut familial afin d’éviter l’émergence de litiges concernant l’existence de la relation de coexistence stable.

Vous pouvez obtenir un certificat de résidence en ligne auprès de Visure Italia. Le certificat de résidence sera livré au format PDF par e-mail, mais il est possible de recevoir la copie originale par courrier traditionnel en sélectionnant l’expédition dans le panier par « courrier recommandé » ou par « courrier express ». Nous vous rappelons que la résidence est définie par l’art. 43.2 C.C. comme étant le lieu où une personne a établi sa résidence habituelle. Il s’agit d’une situation factuelle et cette situation doit toujours correspondre aux dossiers personnels, dont les déclarations doivent être faites au bureau d’enregistrement de la municipalité de résidence. Les déclarations prescrites par la loi et les règlements personnels sont de nature obligatoire qui découle du seul fait d’avoir la résidence habituelle dans une municipalité et une adresse données.

Le certificat d’État de les uniquement à des fins personnelles : c’est-à-dire enregistrer les personnes résidant dans une certaine municipalité […] en harmonie avec la fonction caractéristique du bureau d’enregistrement, qui est de refléter l’état des faits (loi n° 1228 de décembre 1954, décret n° 223 du 30 mai) 1989). La « famille personnelle » est l’ensemble de personnes liées par des liens de mariage, de parenté, d’affinité, d’adoption, de protection ou par des contraintes émotionnelles qui cohabitent au sein de la même unité immobilière. Vous pouvez obtenir un certificat de statut familial en ligne auprès de Visure Italia.

Mais laquelle des deux déclarations est préférable de faire pour avoir une certaine preuve de coexistence ? Est-il préférable de demander un certificat de résidence ou un certificat d’état familial ? Pour prouver la coexistence, la simple déclaration de résidence dans la même maison peut être suffisante, mais elle pourrait certainement être encore plus incisive, aux fins de preuve, la certification de l’état familial résultant de la déclaration d’avoir créé une nouvelle famille.

Bien que la déclaration au bureau d’enregistrement puisse être faite par un seul des cohabitants, il faut être prudent car la règle doit être ce que les cohabitants, dans leur intérêt, font au bureau d’enregistrement une déclaration contextuelle attestant la résidence commune dans la même municipalité. Dans le cas où une telle déclaration est faite par un seul des partenaires, il doit en informer l’autre par lettre recommandée avec avis de réception. En l’absence de la communication susmentionnée, il ne sera pas possible d’utiliser les résultats personnels pour prouver la coexistence aux fins de l’application des avantages de la loi.

Lisez aussi -> Évitez la saisie avec la séparation d’un conjoint

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up