Don d'une propriété à un membre de la famille : qu'est-ce que c'est et comment cela se produit-il ?

Le don d’une propriété à un membre de la famille comporte de nombreux avantages et inconvénients, des obligations différentes selon le type de propriété et, si le donateur le souhaite, certaines clauses contractuelles pouvant limiter la jouissance du bien. Voici une étude complète sur le don de biens immobiliers à un membre de la famille, du point de vue notaire et fiscal, avec des liens vers des documents utiles à obtenir en ligne.

INDEX :

Qu’est-ce que le don immobilier ?

Le don, tel que régi par l’art. 769 du Code civil, est un contrat avec lequel un sujet, par esprit de libéralité, enrichit un autre en plaçant l’un des siens en faveur de ce droit ou en engageant un lien envers le même. Tout cela se fait gratuitement.

Le don peut affecter tous les types de biens, à l’exception des biens futurs et d’autres ; dans certains cas, il peut également affecter les droits. En ce qui concerne l’immobilier, il est possible de faire don de biens et d’autres droits réels tels que l’usufruit, l’utilisation ou le droit de résidence.

Existe-t-il différentes formes de don de propriété ?

Il est possible de distinguer différentes formes de dons pour une propriété :

le

  • don direct prévoit que vous donnez, dans la vie, un bien en faveur d’un sujet
  • , le

  • don indirect est plutôt un acte qui produit un effet de don et profite à ceux qui le reçoivent.

Un exemple de don indirect ? L’achat d’un bien par une personne, payé en totalité ou en partie, avec l’argent d’une autre personne.

Lire aussi>> Don indirect : comment cela fonctionne-t-il ?

Quelle est la procédure à suivre pour faire don d’une propriété ?

Pour faire don d’une propriété, vous devez nécessairement procéder :

  • avec acte public, puis par l’intermédiaire d’un notaire
  • public

  • en présence de deux témoins

En outre, dans l’acte, les parties doivent indiquer les détails de tout don antérieur et les valeurs relatives à la date de l’acte.

Qui peut faire don d’une propriété ?

La « capacité de donner » est régie par des principes généraux. Ils ne peuvent pas faire de don :

  • les mineurs
  • sont interdits
  • à

  • l’incapacité
  • des incapacités naturelles.

Une

exception partielle est prévue pour les dons faits en raison d’un mariage : les dons faits dans le contrat sont valables s’ils sont faits avec l’aide de ceux qui exercent l’autorité (ou la protection ou le soin de celui-ci) les dons faits dans le contrat de mariage du mineur ou du handicapé. Les entités juridiques peuvent faire un don si cela est prévu dans les statuts ou la constitution en société, et dans les limites de ces disciplines.

Qui peut recevoir un don roi par don », il existe un parallélisme avec la législation à cet égard adoptée pour le testament, et ils peuvent recevoir un don :

  • l’enfant d’une personne vivante au moment du don, même s’il n’a pas encore été conçu
  • ,
  • des entités morales
  • non reconnues, sans que l’efficacité du don soit plus efficace sous réserve de la demande de reconnaissance.

En outre, le don à des enfants naturels non reconnaissables est admis et les dons entre conjoints sont également admissibles. D’autre part, le don en faveur du tuteur (ou du protuteur) de l’incapacité n’est pas autorisé.

Quelles sont les obligations liées au don d’un bien immobilier ?

Pour le don d’un bien immobilier, les obligations diffèrent selon le type de bien lui-même. Si le donateur a l’intention de faire don d’une propriété, le notaire chargé de rédiger l’acte doit effectuer des contrôles préliminaires, par exemple, effectuer les mesures dites cadastrales et hypothécaires, afin d’identifier exactement le bien. Il est possible d’obtenir des visières hypothécaires et des visures cadastrales en ligne sur Visure Italia et de les obtenir en quelques clics.

Si, par contre, le don implique un bâtiment urbain, le notaire doit indiquer les données cadastrales, se référer aux plans d’étage déposés dans le cadastre et déclarer qu’il respecte l’état de fait dans lequel il trouve le bien, sous peine de nullité de l’acte. Il doit également mentionner les détails des permis d’urbanisme. Enfin, s’il s’agit d’un terrain, il est nécessaire de joindre à l’acte le certificat d’urbanisme (appelé CDU) délivré par la municipalité compétente. Que se passe-t-il une fois l’acte stipulé ? Le notaire est tenu de prévoir la transcription et l’enregistrement du contrat.

Clauses et conditions de don d’une propriété

Quelles sont les clauses que le donneur peut conclure le contrat et qui peuvent affecter le don lui-même ou son efficacité ? Voici quelques exemples :

  • peut soumettre le don à un état suspensif (« le don ne prendra effet que si… ») ou décisif (« le don perdra tout effet si… »)
  • ;

  • à un dernier terme (« le don perdra ses effets dès le prochain moment… ») ou initial (« le don sera effectif dès le prochain moment… ») qui, cependant, ne peut jamais coïncider avec le décès du donateur
  • ,

  • peut insérer un fardeau pour le donataire, par exemple s’occuper de l’enfant du donateur et le maintenir (ce que l’on appelle le don modal)

L’avantage supporté par le donataire ne peut jamais dépasser la valeur du don ni constituer la contreperformance ou la contreperformance du transfert de l’actif. L’obligation générale imposée au donataire ne peut pas être considérée comme un fardeau. contre le don d’une propriété

Voici, en résumé, les avantages d’un don direct effectué par l’intermédiaire du notaire :

  • le transfert est généralement irrévocable
  • ,

  • tout créancier qui croit que l’acte a été placé dans le seul but de frauder ses motifs ne peut exercer l’action de révocation que dans les cinq ans suivant l’achèvement de l’acte proprement dit
  • ,

  • l’acte du notaire garantit la validité de l’acte
  • , le donneur n’est généralement pas responsable des vices de la chose donnée.

De plus, le don apporte également des avantages fiscaux lorsque le donataire est membre de la famille et que le don ne dépasse pas une valeur donnée. Le don concernant les droits immobiliers ou immobiliers doit être transcrit dans les registres immobiliers publics et transformé en cadastre avec l’application de taxes hypothécaires et cadastrales proportionnelles (2 % et 1 % respectivement) indépendamment de toute franchise. Cadastral Voltura est un document qui certifie la modification des données personnelles du propriétaire d’un bien immobilier enregistré auprès des bureaux du cadastre. Il est possible d’obtenir une voltura cadastrale en ligne sur Visure Italia : le service prévoit la soumission de la demande de voltura auprès de l’Agence du territoire (Services cadastraux) de la province, l’emplacement du bien ou l’enregistrement de la plainte en héritage. Les inconvénients du don d’une propriété, en revanche, peuvent être les suivants :

  • la nécessité de supporter les frais notariaux
  • , les

  • obligations alimentaires envers le donateur, si la difficulté de revendre le bien est nécessaire
  • , compte tenu de la possibilité, aux héritiers dans les 10 prochaines années suivant le décès du donateur, de faire appel du don en raison du préjudice de la part légitime avec ce qu’on appelle l’action de réduction.

Comment puis-je économiser de l’argent sur un don ?

Plusieurs méthodes sont possibles pour économiser de l’argent sur le don et maximiser ses avantages. Le premier est l’outil de don avec réserve d’usufruit, ce qui permet d’obtenir un avantage fiscal immédiat.

Comment le don fonctionne-t-il avec une réserve d’usufruit ?

Le donateur réserve l’usufructure naturelle pendant l’actif qu’il a l’intention de donner ; s’il s’agit d’un bien immobilier, le droit de le vivre ou de le louer, si l’actif est de l’argent ou des titres, le droit de recevoir des intérêts et/ou des dividendes.

Dans ce cas, le donataire reçoit la propriété exclusive des biens donnés, étant réservé au donateur l’usufruit de ces biens. Dans ce cas, les impôts, s’ils sont dus, ne sont payés que sur la valeur de la propriété nue calculée sur la base de tables ministérielles en fonction de l’âge de l’usufruitier.

Après le le résultat d’une propriété nue automatiquement et sans déclaration de revenus, ni paiement d’impôts : pour les biens immobiliers, il suffit de présenter le certificat de décès au cadastre et de demander l’annulation de l’usufruitier du certificat cadastral avec un faible coût fiscal et non les dépenses sont engagées.

Est-il plus pratique de faire un don ou de se succéder ?

Dans de tels cas, où vous décidez de donner une partie ou la totalité des actifs aux proches proches, le doute fréquent est de savoir s’il est plus approprié de le faire déjà dans la vie par le biais d’un don ou de laisser un testament dans lequel leurs actifs sont attribués à des parents et amis.

La première chose que vous devez savoir, c’est que dans les deux cas, il est nécessaire de respecter la part légitime. L’héritage est en fait composé d’une part disponible, qui peut être laissée à quiconque le souhaite et d’une part indisponible de biens, destinée par la loi à certains sujets. Il s’agit précisément de la part d’actions légitimes ou réservées, qui ne peut être affectée même par la volonté expresse du défunt.

Essentiellement, il faut dire qu’il n’y a pas de différence fondamentale entre le don et la succession testamentaire : les actifs peuvent être divisés entre les héritiers à la fois avec des actes de don ultérieurs et par des dispositions testamentaires spécifiques.

Lire aussi>> Déclaration d’héritage : qu’est-ce que c’est et comment l’obtenir en ligne

Appel à un acte de don avec l’action de réduction

Souvent, le don de biens immobiliers n’est pas recommandé si vous souhaitez revendre l’actif immédiatement : la loi prévoit la possibilité pour les héritiers légitimes de demander le retour de l’actif donné si cela affecte sa part de légitime.

Dans ce cas, ils peuvent agir avec l’action de réduction, qui tend précisément à réduire la valeur du don, le rendant inefficace envers eux jusqu’à ce qu’ils demandent le retour de l’actif, même au tiers qui l’a acheté auprès du donataire.

Combien d’années doivent-ils vendre une maison donnée ?

L’action de retour au tiers qui achète auprès du donataire ne peut plus être exercée après vingt ans après la transcription du don.

Cependant, il convient de rappeler qu’un tel problème peut être contourné si le propriétaire, au moment de la vente, garantit l’évotion du bien.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up