Ecobonus 2019 : Le guide des bonus à domicile

La loi budgétaire 2019 a prolongé le bonus de logement jusqu’au 31 décembre 2019, prévoyant une déduction fiscale de 65 % pour la modernisation énergétique des bâtiments. Voyons ce qui a été prévu pour l’Ecobonus 2019 en analysant certains aspects du guide mis à jour de la Revenue Agency.

Qui peut bénéficier de l’Ecobonus 2019

Les personnes qui peuvent profiter de la déduction prévue pour la prime d’habitation comprennent « tous les contribuables résidents et non-résidents, même si les détenteurs de revenus d’entreprise, ils possèdent, à n’importe quel titre, la propriété faisant l’objet d’une intervention ».

Plus précisément, ils peuvent demander l’écobonus :

  • particuliers, y compris les exposants, les arts et les professions
  • ,

  • les contribuables qui gagnent un revenu d’entreprise (personnes physiques, personnes, sociétés de capitaux) en référence aux instruments de construction utilisés par eux dans l’exercice de leur activité entrepreneuriale (Résolution de la Revenue Agency n° 340/2008) .
  • associations entre professionnels
  • ,

  • organismes publics et privés qui ne réalisent pas d’activités commerciales.

Les personnes physiques comprennent les détenteurs d’un droit réel sur la propriété, le condòmini (pour les interventions sur les parties communes), les locataires et ceux qui ont le bien prêté. Si les coûts de réalisation des interventions sont supportés par le membre de la famille vivant avec le propriétaire ou le détenteur du bien soumis à l’intervention ou par le cohabitant plus uxorio (non-propriétaire du bien soumis à des interventions ou titulaire d’un contrat de prêt), ces sujets seront admis à bénéficier de la déduction.

Vous avez droit à la facilitation même lorsque le contribuable finance la réalisation de l’intervention avec un contrat de location. Dans ce cas, la déduction revient à l’utilisateur contribuable et est calculée sur le coût encouru par la société de crédit-bail.

À partir de 2018, les sujets susmentionnés sont également ajoutés :

  • Instituts autonomes pour les foyers et les institutions populaires ayant les mêmes objectifs, créés et déjà en activité depuis le 31 décembre 2013 sous la forme d’entreprises soumises aux exigences de la législation européenne et soumises à des « services internes ». les interventions effectuées sur des bâtiments appartenant ou gérés
  • pour le compte de municipalités, utilisés comme bâtiments résidentiels publics ; coopératives à propriété indivise pour les interventions effectuées sur des propriétés qui leur appartiennent et attribuées à la jouissance de leurs membres.

À quelles interventions les déductions s’appliquent-elles ?

L’allégement fiscal est accordé si des interventions sont réalisées qui augmentent le niveau d’efficacité énergétique des bâtiments existants. Plus précisément, il s’agit de déductions de l’impôt sur le revenu ) qui sont reconnus si des dépenses ont été engagées pour :

  • la réduction des besoins énergétiques pour le chauffage, l’
  • amélioration thermique du bâtiment
  • ,

  • l’installation de panneaux solaires
  • ,

  • le remplacement des systèmes de climatisation en hiver.

En outre, pour les dépenses engagées entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2019, la facilitation est également prévue pour l’achat et l’installation :

  • des écrans solaires indiqués à l’annexe M du décret-loi no 311/2006, jusqu’à concurrence de la déduction de 60 000 euros de
  • systèmes de climatisation d’hiver équipés de générateurs de chaleur alimentés par de la biomasse combustible, jusqu’à concurrence d’une valeur de déduction maximale de 30 000 euros.

Si, entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2019, des dépenses ont été effectuées pour l’achat, l’installation et l’installation de dispositifs multimédias pour le contrôle à distance des systèmes de chauffage, de production d’eau chaude ou de climatisation des unités d’habitation, visant à sensibiliser les utilisateurs à la consommation d’énergie et assurer un fonctionnement plus efficace des usines, même pour ces dépenses, la déduction est appliquée.

Enfin, pour les années 2018 et 2019, il est également prévu :

  • l’achat et l’installation de micro-cogénérateurs, à la place des systèmes existants, le remplacement des systèmes
  • de climatisation hivernal par des systèmes équipés d’appareils hybrides
  • , l’achat et l’installation de générateurs d’air chaud à condensation.

Quel est le montant des déductions ?

Il ressort de ce qui précède que le pourcentage de déduction varie en fonction de l’année au cours de laquelle l’intervention a été effectuée. Mais non seulement cela, ils se diversifient même si le travail concerne l’unité immobilière individuelle ou les immeubles en copropriété.

Les déductions sont réparties en 10 versements annuels de montants égaux dans les mesures suivantes :

— 55 % des dépenses engagées jusqu’au 5 juin 2013 ;

— 65 % des dépenses engagées entre le 6 juin 2013 et le 31 décembre 2019 pour des interventions sur des unités immobilières individuelles ;

— 50 % pour les dépenses engagées entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2019 pour des interventions sur des unités immobilières individuelles et concernant :

  • l’achat et l’installation de fenêtres comprenant des cadres de fenêtres et des écrans solaires ;
  • le remplacement des systèmes de climatisation hivernal par des systèmes équipés de chaudières à condensation au moins de classe A ou de centrales équipées de générateurs de chaleur alimentés par la biomasse de combustible. Pour les chaudières à condensation, une déduction de 65 % peut être prélevée si elles sont également équipées de systèmes de thermorégulation avancés.

— 65 % des dépenses réalisés sur les parties communes de la copropriété et pour celles concernant toutes les unités immobilières dont la copropriété elle-même est composée. La déduction est réduite à 50 % pour les dépenses engagées depuis le 1er janvier 2018 concernant spécifiquement l’achat et l’installation de fenêtres, y compris les cadres de fenêtres et les écrans solaires, ou le remplacement des systèmes de climatisation d’hiver par des systèmes équipés de chaudières à condensation au moins en classe A ou avec systèmes équipés de générateurs de chaleur alimentés par de la biomasse combustible.

— 65 % des dépenses engagées entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2019 pour :

  • l’achat et l’installation de micro-cogénérateurs pour remplacer les installations existantes et jusqu’à concurrence d’une valeur maximale de 100 000 euros. Toutefois, ces interventions doivent permettre de réaliser des économies d’énergie primaire d’au moins 20 %.
  • interventions visant à remplacer les systèmes de climatisation d’hiver par des systèmes équipés d’appareils hybrides, comprenant une pompe à chaleur intégrée avec chaudière à condensation, assemblées en usine et spécialement conçues par le fabricant pour travailler ensemble.
  • l’achat et l’installation de générateurs d’air chaud à condensation.

Pour en savoir plus sur d’autres aspects concernant la prime domiciliaires, tels que les principales déductions prévues pour les copropriétés et la cumulabilité avec d’autres installations, nous vous recommandons de lire le Guide « The Benefits Energy Saving Tax » réalisé par l’Agence du revenu.

SOURCE : AGENCE DU REVENU

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up