Enregistrement des dossiers judiciaires pour la ténité du fait

Inscription des dossiers judiciaires pour la ténité du fait. Sources réglementaires et cas pratiques d’exclusion de la punition en présence de faits marginaux.

Les

dossiers judiciaires de la ténité du fait, pour développer ce débat était le même législateur qui, avec le décret législatif n° 28 du 16 mars 2015, a voulu introduire dans les règles que le chiffre de la « ténité particulière du fait » régit le processus pénal.

Le raisonnement appliqué par le législateur découle de l’article 131A du Code pénal qui, en fait, prévoit l’exclusion de la punibilité en présence de faits marginaux qui, bien que typiques et antilégaux, n’ont pas besoin de l’intervention de la machine procédurale et ne sont donc pas dignes. d’une sanction criminelle.

Enregistrement de l’ordre de dépôt : quelles sont les causes et les raisons de la non-punibilité du fait ?

Pour nous dire quelles sont les causes du dépôt de la mesure par ténité du fait, c’est le même article 131 bis c.p. qui, outre la définition des grandes lignes du chiffre, indique également les causes de l’exclusion de la punition pour une ténité particulière du fait.

L’exclusion se limite exclusivement aux crimes pour lesquels une peine de prison n’excédant pas cinq ans a été réglée et en tout état de cause uniquement pour les crimes qui « pour les modalités de conduite » sont caractérisés par une faible quantité de dommages et de dangers ».

« Afin d’exclure l’enregistrement dans le casier judiciaire, le crime doit également être inhabituel et « l’auteur du fait ne doit pas avoir agi pour des raisons abjectes ou futiles, ou cruauté, même en cas de dommages aux animaux, ou il a eu recours à des services ou, encore une fois, en a profité des conditions de défense défavorisée de la victime, également en ce qui concerne l’âge de la victime ou le moment où le comportement de la victime en a causé ou en découle, comme des conséquences involontaires, des décès ou des blessures très graves d’une personne ».

Qui devrait évaluer les causes de l’exclusion de la punition en raison de la ténité particulière du fait ?

Le

jugement et l’évaluation sont confiés à la compétence technique et juridique d’un juge qui, après examen de la situation, sera en mesure de vérifier avant tout les fondements réels du crime (qu’il y ait eu ou non un crime) et si l’action pénale à intenter contre le sujet est durable, deuxièmement, le juge évaluera la non-pertinence possible du fait.

Dans cette deuxième phase, tous les éléments caractérisant l’exclusion de la punibilité en présence de faits marginaux seront pris en compte : le mode de conduite, le degré de culpabilité et l’étendue du dommage ou du danger.

Dépôt du fait en raison de la ténacité dans le casier judiciaire mais pas dans les certificats

Il y a un an, le 25 septembre sur le sujet du dépôt pour une certaine ténité du fait et sur la façon de gérer le non-enregistrement ou l’enregistrement dans le casier judiciaire.

Le Collège de la Section de cassation criminelle a été remis en question pour régler la question concernant la légitimité ou non de la disposition relative au dépôt et au non-enregistrement dans le casier judiciaire pour une durée particulière.

Après avoir examiné les faits et récupéré les dictées doctrinales et jurisprudentielles, la Cour suprême a souligné l’existence d’un contraste interprétatif concernant la modification apportée par le décret législatif n° 28/2015 à l’article 3, paragraphe 2, lettre f) du Texte consolidé, concernant le catalogue des les mesures pour lesquelles l’inscription dans les dossiers judiciaires est préparée et a décidé, avec le jugement n° 38954 déposé le 24 septembre 2019, que « la disposition relative au dépôt en raison de la ténité particulière du fait conformément à l’art. 131 bis code pen. doit être inscrite dans le casier judiciaire, sans préjudice de cela, cependant, cela ne doit PAS être fait, mentionner dans les certificats délivrés à la demande de la personne concernée, de l’employeur et de l’administration publique. »

Comment puis-je demander un certificat de casier judiciaire général ?

Source : Cour de cassation

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up