Forecloser immobilier et valeurs mobilières : comment ça marche

Compte tenu de la nature des marchandises faisant l’objet d’une expropriation forcée, il est possible de distinguer la saisie immobilière de la saisie de titres. Voyons ensemble comment ces deux procédures fonctionnent.

La procédure d’expropriation, une fois que le titre exécutif et le précepte ont été notifiés, suit trois phases principales :

    la

  1. saisie
  2. , la

  3. vente et la cession de la répartition des actifs saisies
  4. de la somme obtenue

Dans l’article d’aujourd’hui, nous voulons nous concentrer sur l’acte qui déclenche cette procédure, à savoir la forclusion.

La saisie sert à lier les actifs sur lesquels le créancier a l’intention de réclamer lui-même pour récupérer son crédit. En fait, suite à cet acte, le débiteur ne pourra plus en disposer. Tout acte de disposition, effectué après la saisie, sera inefficace contre le créancier de la procédure et les créanciers susceptibles d’être intervenus.

La forclusion immobilière

La saisie immobilière prévoit la notification au débiteur de l’acte dans lequel les biens et les droits de propriété qui sont censés être exécutés doivent être indiqués, l’injonction de l’huissier et la transcription dans les registres immobiliers publics.

En fait, l’huissier de justice, immédiatement après notification, remet une copie authentique de l’acte avec les notes de transcription au conservateur compétent des registres immobiliers qui transcrit l’acte et retourne une des notes (art. 555 c.p.c.).

Le créancier doit donc savoir, avant la notification de l’acte, non seulement quels biens il a l’intention de forclusion, mais aussi la présence d’éventuels fardeaux ainsi que leur valeur marchande. L’identification de ces données se fait par des enquêtes minutieuses dans les dossiers immobiliers publics.

Les inspections hypothécaires visent à déterminer :

1. la propriété légale du bien en charge du débiteur avec preuve de la nature et de la part des droits réels ;

2. la présence de tout fardeau, hypothèque, relevé de notes ou enregistrement préjudiciable susceptible de limiter la disponibilité du bien ;

3. la valeur marchande réelle afin de déterminer si elle est importante ou non en ce qui concerne le montant de la dette.

Le cas de la saisie de titres est différent, pour lequel l’identification préalable des marchandises à saisies n’est pas nécessaire.

La saisie des valeurs mobilières

Les

règles de référence en matière de saisie de titres sont les articles 513 et suivants du Code de procédure civile. Dans ce cas, une distinction doit être faite entre la saisie de biens meubles avec le débiteur, ou

L’article 513 du Code civil francen a pour objet la saisie du débiteur de biens meubles, d’argent et de titres de crédit. Le créancier procédant donne à l’huissier de justice le titre exécutif dûment notifié et l’acte de précepte.

Après avoir vérifié la régularité formelle de ces actes et de leurs notifications, l’agent recherche, à la demande du créancier, les choses à saisir dans la maison du débiteur et dans d’autres endroits qui lui appartiennent.

Dans ce cas, la saisie doit donc être effectuée sur les choses identifiées par l’huissier de justice, qui ne sont pas connues au préalable par le créancier. Le choix de l’agent repose sur les actifs qu’il considère comme une liquidation plus facile et plus rapide, préférant les liquidités, les biens précieux et les titres de crédit (art. 517 du Code civil francen).

Et qu’en est-il de la saisie de tiers ?

Sous forme d’expropriation à des tiers, les crédits du débiteur et les biens de ses biens qui sont en possession de tiers et dont il ne peut être soumis à des titres de valeurs mobilières s’arrangent directement (art. 543 c.p.c.).

La saisie avec des tiers doit être effectuée par un acte notifié personnellement au tiers et au débiteur exécuté conformément à l’article 137 du Code civil francen et ultérieurement. L’acte est obtenu de l’activité coordonnée de deux sujets, le créancier en instance et l’huissier de justice, contre le débiteur et le tiers.

Pour en savoir plus sur cette forme de forclusion, nous vous recommandons de lire l’article Qu’est-ce que la saisie par des tiers.

Que se passe-t-il après le saisiseur immobilier ou immobilier

Les biens, immeubles et mobiles, soumis à la saisie ne sont pas soustraits matériellement par l’huissier de justice.

Le créancier peut demander, après 10 jours à compter de la saisie, la demande de cession ou de vente des biens saisies. Ce terme ne s’applique cependant pas aux choses détériorables, dont la cession ou la vente immédiate peuvent être organisées (art. 501 du Code civil francen).

Si la vente d’une propriété saisie est demandée, elle devra préparer et présenter une documentation spécifique par instance de vente immobilière.

Le transfert matériel éventuel de l’actif a donc lieu après la demande de vente présentée par l’Institut des ventes judiciaires (IVG). Cela, opérant dans le district de chaque tribunal, prévoit l’exécution de la vente à l’enchantement des marchandises arrangées par le juge d’exécution, la garde des biens meubles et l’administration judiciaire des biens immobiliers.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up