Instance commerciale et suspension hebdomadaire : ce que vous devez savoir

La demande de vente immobilière est une procédure qui peut être promue par le créancier après la saisie des biens immobiliers du débiteur exécuté. Les conditions de soumission de la demande de vente sont-elles sujettes à une suspension de travail ? Analysons-le dans cet article.

Nous avons dédié plusieurs articles à l’instance de vente. Nous nous sommes concentrés sur sa discipline, en fournissant également un fac-similé de l’instance de vente, jusqu’à analyser les conséquences d’une éventuelle demande de vente tardive.

Aujourd’hui, nous répondons plutôt à une autre question : le séjour de travail s’applique-t-il à l’instance de vente ? Tout d’abord, passons en revue brièvement le rôle de l’application de vente dans la saisie immobilière et, surtout, ce que signifie la suspension du travail.

Instance de saisie et de vente immobilière

La

saisie immobilière est la forme d’exécution forcée qui a l’objet, comme on peut l’imaginer à partir du nom lui-même, l’immobilier. Elle est effectuée par la notification de l’acte et par l’injonction de l’huissier de justice au débiteur, suivie d’une transcription dans les registres immobiliers publics.

Après dix jours après la saisie, le créancier de saisie et chacun des créanciers qui sont intervenus avec un titre exécutif peuvent demander la vente du bien saisi (art. 567 du Code civil francen). Ce dernier, pour que la saisie ne perde pas son efficacité, doit avoir lieu dans les quarante-cinq jours suivant la date d’achèvement de la saisie elle-même (art. 497 du Code civil francen).

La demande de vente peut être proposée :
1) après le délai de 10 jours écoulé, comme le prévoit l’article 501 du Code civil francen
2) mais pas après 45 jours conformément à l’article 497 du Code civil francen.
Les deux termes sont calculés à partir de l’achèvement de la saisie, c’est-à-dire à partir de la notification de l’acte.

Une fois la demande de vente présentée, le créancier doit fournir, dans un délai de 60 jours, le dépôt ainsi que l’utilisation de la documentation hypocatastale, qui comprend l’extrait du cadastre, les certificats des inscriptions et des relevés de notes relatifs au bâtiment saché effectués dans le vingt ans avant la transcription de la saisie.

Le tribunal d’exécution, dans les 15 jours suivant le dépôt de la documentation susmentionnée, nomme l’expert qui a prêté serment au Greffe en signant le procès-verbal d’acceptation et fixe l’audience des parties en vue de l’autorisation de la vente.

Qu’est-ce que la suspension de travail ?

Pour comprendre ce que l’on entend par suspension des termes de procédure, nous devons analyser les dispositions de l’article premier de la loi 742/1969 :

« L’évolution des termes procéduraux relatifs aux juridictions ordinaires et chaque année et reprend à partir de la fin de la période de suspension. Si le cours commence pendant la période de suspension, le début lui-même est différé à la fin de cette période. La même disposition s’applique au délai fixé à l’article 201 du Code de procédure pénale.

La suspension de travail prévoit donc l’exclusion des jours entre le 1er et le 31 août du calcul des délais d’essai. Dans certains textes antérieurs à 2014, vous remarquerez un terme différent, à savoir du 1er août au 15 septembre. Le décret-loi n° 132/2014, converti par des modifications de la loi 162/2014, a modifié cette durée, faisant à partir de 2015 la suspension de travail la plus courte.

L’application de vente est-elle sujette à une suspension de travail ?

La loi prévoit certains cas spécifiques où la suspension de travail n’est pas autorisée. Les conditions de soumission de votre demande de vente sont-elles incluses ?

Les articles 3 et 4 L. 742/1969, lus conjointement avec les articles 92 de la loi 12/1941, 409 et 442 du Code civil francen, établissent l’exclusion de la suspension de travail en matière civile. En particulier, cela ne fonctionne pas pour les procédures d’opposition à des actes d’exécution et d’exécution.

D’autre part, la suspension de travail des termes est soumise à la procédure d’expropriation forcée ainsi qu’aux actes du processus exécutif tels que l’inscription au rôle de la saisie, le dépôt de la demande de vente ou la relation notariale.

Cela signifie que si la date limite commence avant la période de travail, les jours seront comptés jusqu’au 31 juillet, puis le calcul recommencera à partir du 1er septembre. Par exemple, si la saisie a eu lieu le 29 juillet, la demande de vente ne peut être proposée avant le 8 septembre.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up