La loi australienne sur le décryptage proposée et pourquoi Apple s'y oppose

L’Australie a présenté une proposition de loi de décryptage de sept pages afin de répondre aux préoccupations de sécurité nationale. Les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et maintenant l’Australie se sont associés pour cette mesure prétendument « de sécurité ».

Commençons par comprendre ce que cela implique. Selon la proposition, le gouvernement australien souhaite une agence d’écoute au sein des smartphones et des appareils dont le gouvernement sera responsable. Oui, c’est scandaleux.

Lisez aussi : Apple lutte contre la confidentialité des utilisateurs

Il disait :

« Le projet de loi pourrait permettre au gouvernement d’ordonner aux fabricants d’enceintes intelligentes pour la maison d’installer des capacités d’écoute persistantes dans le domicile d’une personne, d’exiger d’un fournisseur de services qu’il surveille les données de santé de ses clients à la recherche d’indications de consommation de drogues, ou d’exiger le développement d’un outil capable de déverrouiller un l’appareil d’un utilisateur particulier, qu’un tel outil puisse également être utilisé pour déverrouiller l’appareil de tous les autres utilisateurs. »

Cela signifie que le gouvernement recevra des portes dérobées de cryptage qui pourraient littéralement faire d’eux le « grand frère » surveillant chaque mouvement de leurs citoyens. Les portes dérobées de cryptage sont essentiellement l’agence qui permet aux forces de l’ordre de déverrouiller n’importe quel appareil intelligent afin de faciliter leurs enquêtes.

Qu”il s’agisse de vos données de santé, de vos messages personnels, de vos projets de vacances ou même de vos déplacements quotidiens, le gouvernement pourra avoir accès à toutes vos données.

Mais est-ce que cela va vraiment nous faire sentir plus en sécurité ?

L’avocat Zeshan S. Ghumman

La majorité des critiques croient le contraire. Selon le principal défenseur et PDG d’Attornist.com, Zeshan S. Ghumman,

ce n’est qu’une autre échappatoire destinée à affaiblir la sécurité du public.

Zeshan S. Ghumman, directeur @SGAdvocates .com

Sachant que le gouvernement vous surveille constamment à travers vos appareils, les terroristes et autres criminels ne seront pas assez stupides pour utiliser la technologie en premier lieu. Au lieu de cela, cela ne fera que mettre le grand public en insécurité parce que nous ne voulons pas que quiconque se penche sur nos messages privés.

Apple a toujours été un ardent défenseur de la politique de chiffrement. Il n’a jamais enfreint le contrat de sécurité conclu avec ses clients.

En décembre 2015, Syed Farooq, un suspect, et sa femme, Tafsheen Malik, ont été abattus. Lorsque le FBI a trouvé le téléphone de Farooq, qui était l’iPhone 5C, ils ont demandé à Apple de le déverrouiller afin de faciliter leur enquête. Au lieu de demander d’abord l’aide des pirates, le FBI a eu l’audace de demander à l’entreprise d’aller à l’encontre de sa politique de chiffrement, quelle que soit l’importance du problème.

La raison pour laquelle il était important pour Apple de porter le FBI devant les tribunaux, ce qu’il a finalement fait, est la responsabilité qui lui incombe de se tenir debout La cette décision montre clairement à quel point l’entreprise apprécie le contrat de ses clients.

Lisez aussi : Apple met à jour iOS 12 pour résoudre les problèmes de charge

Il est donc naturel pour Apple de s’opposer à la loi sur le décryptage. Selon Apple, la loi va :

« affaiblir la sécurité et la confidentialité des clients réguliers tout en éloignant les criminels du réseau ».

Bien que la position d’Apple soit soutenue par beaucoup, est-ce suffisant pour empêcher l’alliance des cinq pays puissants de mettre en œuvre la politique de décryptage ?

Pour ce que cela vaut, nous nous enracinons pour Apple !

Dites-nous ce que vous en pensez dans la section commentaires ci-dessous !

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up