La saisie immobilière : quels changements survenus en 2017

La

DEF 2017 introduit un nouvel outil de calcul du plafond minimum pour la saisie immobilière. Les biens des contribuables débiteurs seront soumis à la saisie si leur valeur dépasse un total de 120 000 euros. L’inignorabilité de la maison principale a été confirmée.

Nouvelles de la forclusion immobilière

La

saisie immobilière : comment cela fonctionne-t-il ?

Les créanciers disposent d’un certain nombre d’instruments juridiques permettant de recouvrer de force les sommes dues par les débiteurs :

  • le décret d’injonction
  • le précepte
  • forclusion

Le décret d’injonction est le jugement du juge déclarant que le débiteur doit un certain montant au créancier. Après avoir obtenu le titre exécutif, le créancier peut demander le précepte puis la saisie de biens.

Le précepte est une initiation de paiement notifiée au débiteur en même temps que le décret d’injonction du juge. La dette doit payer la dette dans les 10 jours suivant la réception du précepte. Une fois le temps écoulé, les procédures de saisie commenceront.

L’expropriation forcée commence par l’acte de forclusion. Il s’agit d’un acte juridique exécuté par un huissier de justice qui contient l’ordre impératif du débiteur de ne pas soustraire les biens soumis à l’expropriation. Parmi les différentes formes qu’il peut supposer, il y a la saisie immobilière. Il a pour objet un bien immobilier (maison, appartement, hangar, terrain, etc.).

En cas de saisie, le débiteur n’est plus propriétaire du bien. Ce dernier sera mis en vente aux enchères afin que le créancier puisse récupérer le montant dû.

Qu’est-ce que le forrecloser immobilier ?

La notification de la loi sur la saisie des biens est effectuée en se rendant au bureau de l’huissier de justice compétent. Une fois la notification de saisie effectuée, le créancier doit procéder à la préparation de la note de transcription sur le support informatique avec le logiciel Unimod.

Pour en savoir plus, lisez aussi Transcription de la saisie immobilière : comment cela se fait-il ?

Le créancier doit identifier les biens immobiliers détenus par le débiteur à saisie. Il est également nécessaire de vérifier si ces bâtiments sont exempts de charges, de servitude ou de contraintes. En fait, il peut arriver que le débiteur ait d’autres dettes et qu’il y ait déjà une hypothèque sur la maison d’un autre créancier. Pour cette raison, la recherche devra être effectuée en accédant aux bureaux de publicité immobilière. Avec une hypothèque légale, il est possible de croiser des données cadastrales et La sans propriété et partiellement (pour et contre). De plus, le revenu cadastral, la classification et les fractionnements cadastraux détectés pour chaque propriété individuelle sont indiqués.

Le rapport hypothécaire, réalisé uniquement avec l’élaboration de toutes les formalités de la liste récapitulative, résume clairement et résume le solde actuel des biens immobiliers détenus par le sujet concerné et met en évidence en particulier :

  • les données personnelles des sujets (personnes physiques ou morales) pour et contre
  • données d’identification cadastrale des biens immobiliers collectés (cadastre municipal, terrain ou bâtiment, feuille, particule, subordonné, rente…)
  • la nature des droits réels et des actions de propriété
  • tout fardeau, servitude ou contrainte, ainsi que les transcriptions ou inscriptions préjudiciables
  • les données de transcription du Conservatoire relatives aux trois formalités collectées (date et numéro d’enregistrement, date de transcription, article ou registre particulier et boîte ou registre général)

La nouvelle procédure 2017

Avant la manœuvre, une propriété devant être saisie par le Fiscus devait s’élever à plus de 120 000 euros. Au lieu de cela, avec DEF 2017, une nouvelle méthode est introduite pour calculer le plafond minimum de la saisie immobilière. Il suffira que l’ensemble des propriétés détenues dépasse 120 000 euros cumulativement.

Heureusement, le droit au logement est resté inviolable. En fait, l’inignorabilité de la maison principale a été confirmée, s’il s’agit du seul bien appartenant au contribuable et à condition qu’il ne soit pas considéré comme une propriété de luxe.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up