Le loyer peut-il être augmenté après la rupture du bail par un locataire ?

Le service de soutien à la gestion immobilière a reçu plusieurs demandes de renseignements sur la possibilité ou non d'augmenter le loyer après qu'un locataire a rompu le bail.

Un scénario auquel un gestionnaire immobilier peut être confronté est le suivant : un locataire souhaite résilier son contrat à durée déterminée actuel de manière anticipée (sans motif), ce qui est techniquement une violation du contrat - autrement connu sous le nom de "bail de rupture". Le propriétaire souhaite augmenter le loyer du contrat à durée déterminée pour la prochaine location. La loi RTRA empêche-t-elle les propriétaires d'augmenter le loyer après une rupture de bail ? Le loyer doit-il être proposé au même montant que le contrat existant ?

Réponse : Non, la loi RTRA ne le précise pas. Le locataire actuel cherche un accord mutuel avec le propriétaire pour mettre fin à son contrat de location à durée déterminée de manière anticipée sans motif. Parce que le locataire a violé cet accord, le propriétaire peut demander à être indemnisé par le locataire sortant.

Si le propriétaire souhaite augmenter le loyer hebdomadaire, le gestionnaire immobilier doit effectuer une analyse comparative du marché (CMA) pour déterminer quel est actuellement le loyer du marché pour des propriétés similaires dans la région. Il est essentiel que cette CMA soit compilée sur la base de la propriété louée dans un délai reflétant les taux d'inoccupation actuels et les tendances du marché, plutôt qu'un loyer spéculatif. Dans de nombreuses régions du Queensland, les loyers sont actuellement en hausse et les taux de vacance diminuent avec des périodes de vacance minimales.

Il est important de s'assurer que toute augmentation de loyer ne défavorise pas le locataire qui rompt son engagement en prolongeant la période de vacance hors du champ de l'évolution du marché. Par exemple, au moment de la rédaction, il n'est pas rare dans certaines régions que les gestionnaires immobiliers reçoivent plusieurs demandes dans la journée suivant l'arrivée d'un bien locatif sur le marché et la conclusion immédiate d'un nouveau contrat de location.

Dans certains cas, ce délai d'exécution rapide est sans précédent en raison de l'urgence de la date de début de la nouvelle location. Si tel est le cas, il existe des preuves à fournir au Tribunal civil et administratif du Queensland (QCAT) que l'augmentation de loyer n'a pas eu d'incidence sur l'augmentation de la demande d'indemnisation par le biais d'une période d'inoccupation prolongée. Chaque cas est différent, alors commencez toujours par le CMA, fournissez-le au propriétaire et au locataire sortant et enregistrez toutes les communications avec toutes les parties et les instructions de votre client.

Pour plus de réponses à certaines questions fréquemment posées sur les augmentations de loyer, cliquez sur ici!

Journal

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up