Les implications de ne pas détenir une licence appropriée

L'article 12 de la Loi de 2014 sur les occupations immobilières (Qld) (l'acte) stipule que les objets de la loi sont doubles : premièrement, fournir un système d'octroi de licences à un réglementer les agents immobiliers ou les agents de location de logements et pour enregistrer et réglementer les vendeurs immobiliers. Le deuxième objectif affiché est à fournir un moyen de protéger consommateurs contre les pratiques indésirables liées à la promotion de l'immobilier résidentiel. Dans cet article, nous examinons certains des cles conséquences de la vente d'une propriété ou d'une entreprise sans licence appropriée.

L'article 89 de la loi prévoit qu'une personne n'a pas le droit de poursuivre, de recouvrer ou de conserver une récompense ou une dépense pour l'exercice d'une activité d'agent immobilier à moins que, au moment où l'activité a été exercée, la personne détienne une licence d'agent immobilier. . Retenir ou poursuivre pour une commission alors qu'il n'y a pas le droit de le faire peut entraîner une peine maximale de 200 unités de pénalité ou 26 690 $. Agir en tant qu'agent immobilier non agréé peut également entraîner une pénalité pouvant aller jusqu'à 26 690 $.

Les conséquences d'agir en tant qu'agent immobilier sans licence

Dans une affaire de la Cour d'appel du Queensland, Sultana Investments Pty Ltd contre Cellcom Pty Ltd [2008] QCA 357, un promoteur immobilier alléguait qu'un courtier en financement s'était livré à des actes constituant "immobilier Activités sans être titulaire d'une licence immobilière valide et le développeur a donc refusé de payer les commissions prétendument dues au courtier.

Le promoteur avait auparavant conclu un accord avec le courtier financier, par lequel le courtier recevrait 10 000 $ pour présenter aux acheteurs potentiels des appartements vendus par le promoteur. Le courtier introduit par la suite 22 acheteurs à les appartements et 14 ventes réalisées.

Le courtier a affirmé qu'il avait droit à 70 000 $ plus TPS, soit le solde de la commission impayée sur les ventes qu'il s'était procuré. Le promoteur a soutenu que le courtier agissait à titre d'agent immobilier non titulaire d'un permis à l'égard de la vendreset n'avait pas le droit de poursuivre, de récupérer ou de conserver une récompense pour la ventes et demande reconventionnellement 121 000 $, soit les commissions déjà versées au courtier.

En première instance, le courtier a obtenu 70 000 $ et la demande reconventionnelle du promoteur a été rejetée; cependant, le promoteur a fait appel de cette décision devant la Cour d'appel. L'une des principales questions en appel était de savoir si le courtier agissait à titre d'agent immobilier pour d'autres contre rémunération.

La Cour d'appel a conclu que le courtier avait agi comme intermédiaire entre le promoteur et les acheteurs et avait donc négocié la vente des appartements contre rémunération. En fin de compte, l'appel du promoteur a été accueilli et le courtier a été condamné à rembourser 121 000 $ que le promoteur lui avait versés dans des circonstances où il était jugé qu'il avait agi à titre d'agent immobilier non agréé.

Un agent immobilier non agréé peut être tenu non seulement de rembourser tout montant déjà réclamé à titre de commission, mais peut également faire l'objet de procédures disciplinaires.

En 2022, un Monsieur Bomhof a été chargé par le LAbureau de Fair Jrading (MAINTES FOIS) pour avoir agi en tant qu'agent immobilier non agréé.[1] le Tribunal de première instance de Southport a constaté qu'alors qu'il était employé dans une agence immobilière, M. Bomhof wcomme travaillant pour négocier la vente ou location de l'agence de presse d'un client et supermarché Entreprise. Après le sien la licence a été annulée en raison de le sien la faillite, Monsieur Bomhof informé le client cette il continuerait à travailler sur la transaction. L'agency a mis fin à son emploi, mais il a continué à travailler avec la client et lui a demandé de verser une avance sur sa commission sur son compte bancaire personnel pour couvrir les frais de service courants. Sareçu un total de 16 750 $ du client sous forme de commission prépayée qu'il utilisait pour ses dépenses personnelles. Le tribunal décrit le comportement de M. Bomhof comme "faute grave dont l'intention est flagrante. Il a été condamné à une amende 15 000 $ et commandé à verser une indemnité de 16 750 $.

En ta récente décision de Directeur général, ministère de la Justice et procureur général contre Neilson [2022] QCAT 391, une agent a été réprimandée, a vu son certificat d'immatriculation suspendu pour quatre mois et une amende de 10 000 $ après avoir omis d'informer le OFT qu'elle avait été déclarée faillite. L'agent s'est vu interdire de détenir une licence immobilière lorsqu'elle a fait faillite le 13 octobre 2015. En conséquence, cela l'a empêchée de détenir une licence immobilière, mais elle a continué à travailler et a vendu 21 propriétés entre octobre 2015 et janvier 2017. L'agent renouveleréd sa licence en septembre 2016, et elle a signé une déclareration qu'elle n'était pas actuellement en faillite. Dans Décembre 2016, sil conseillé le OFT de sa faillite. QCAT a conclu que le chemin l'agent conduite elle-même n'était pas professionnellemais ce pris en compte ce fait que elle avait finalement révélé sa faillite à la OFT et versions ultérieures coexploité avec son enquête.

Conclusion

Il est crucial que toute personne qui prétend exercer des activités immobilières détienne à tout moment une licence en cours de validité. Un Fne pas le faire peut conduire à poursuites par l'OFT, ainsi que l'impossibilité de réclamer une frais ou commission. UNEles messieurs devraient donc s'assurer que leur licence est valide du tout fois et qu'ils ont toujours un mandat valable pour agir avant d'entreprendre toute démarche vendre ou gérer un bien.

[1]: Décision non publiée : https://www.qld.gov.au/law/laws-regulated-industries-and-accountability/queensland-laws-and-regulations/fair-trading-services-programs-and-resources/fair- trading-dernières-nouvelles/déclarations-médias/porte-fermée-sur-agent-immobilier-sans-licence.

Journal

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up