L'immobilier reviendra-t-il à la « normale » ?

Lorsque des mesures de quarantaine ont été mises en place dans le Queensland, le secteur immobilier a réagi rapidement et de manière spectaculaire. realestate.com.au (REA) a introduit les inspections numériques et les enchères en ligne, les agents ont afflué vers les visites virtuelles et les visites virtuelles en 3D et même les locataires ont aidé avec les inspections de routine numériques. Qu'il suffise de dire que le modus operandi de l'immobilier a radicalement changé pour faire face aux conditions actuelles, mais ces mesures seront-elles une refonte temporaire ou représentent-elles le nouveau statu quo ?

Le directeur des ventes de REA, Kul Singh, estime que si certaines choses peuvent revenir à ce qu'elles étaient avant la pandémie, d'autres resteront pour de bon car elles résolvent un problème qui afflige depuis longtemps ceux qui recherchent une propriété : l'inefficacité. "Surtout pour les locations où vous obtenez jusqu'à 50 personnes essayant de voir une propriété, faites une promenade rapide puis passez à la suivante", explique Singh. "Ainsi, les inspections virtuelles deviendront à coup sûr la nouvelle norme et conduiront à plus d'efficacité pour les agents et les consommateurs."

Étant donné que ces alternatives numériques sont beaucoup plus faciles pour les consommateurs, il y aura inévitablement une demande pour ce type de services pratiques. Si les agences reviennent à n'offrir que des maisons ouvertes physiques après la levée de la quarantaine, les acheteurs et les locataires se tourneront vers d'autres agents qui continuent d'offrir des options de visites virtuelles et physiques. Cela dit, Singh pense que la plupart des agents préféreront continuer avec l'option vidéo, car elle se traduit par des prospects plus qualifiés. "Une fois que vous avez consulté une inspection en ligne, vous pouvez ensuite postuler, puis pour garantir le bail, vous pouvez effectuer une inspection individuelle privée, et finalement, cela mène à des enquêtes plus qualifiées", explique Singh. Des demandes plus qualifiées signifient une plus grande efficacité, tant pour les agents que pour les consommateurs.

Nouveau n'est pas nécessairement toujours meilleur cependant. Singh suggère que les ventes aux enchères reviendront à ce qu'elles étaient, les enchérisseurs et les spectateurs se tenant devant la propriété de la vente faisant clignoter leurs pagaies. "Je ne vois pas beaucoup de gens passer aux enchères numériques pour enchérir ou vendre une propriété", admet Singh. "Cela résout un problème ici et maintenant, mais cela reviendra probablement à la vente aux enchères traditionnelle." Les enchères en ligne peuvent être plus pratiques dans le sens où les acheteurs n'ont pas besoin de quitter leur domicile, mais il s'agit plus d'un événement ponctuel que d'une inspection de propriété, de sorte que l'attrait et l'excitation de l'atmosphère des enchères sont probablement plus puissants que le désir d'enchérir en pyjama.

Ceux qui attendent avec impatience la fin de la quarantaine et un retour aux affaires comme d'habitude seront peut-être déçus, mais plutôt que de se lamenter sur le bon vieux temps des pratiques commerciales traditionnelles, nous devrions adopter les innovations que le -19 a inspirées et profiter de cette opportunité devenir une industrie toujours plus performante.

Journal

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up