Négociation assistée obligatoire et accidents : zéro dépense

La négociation assistée devient obligatoire même en cas d’accident de voiture, mais sans frais pour les parties.

À partir du lundi 9 février, le décret-loi n° 132/2014 est entré en vigueur, qui, entre autres, introduit la négociation assistée obligatoire pour les accidents de la route. Qu’est-ce que cela signifie ? En cas de litige, avant d’arriver devant le tribunal, il est obligatoire de poursuivre la voie de la négociation.

Accidents de la route et négociation assist

Avec l’entrée en vigueur du décret, si vous souhaitez réclamer des dommages-intérêts, pour un maximum de 50 000 euros, pour un accident de voiture, vous devez d’abord tenter une négociation assistée. En substance, les avocats des parties devront élaborer un accord de négociation assistée dont la période est comprise entre un et trois mois, qui peut être prolongée de 30 jours après accord des parties.

La négociation assistée sera également obligatoire pour les demandes de paiement, quelle qu’en soit la raison, pour des sommes allant jusqu’à 50 000 euros. Les différends exclus de l’obligation de négociation assistée sont les suivants :

  • obligations contractuelles découlant de contrats conclus entre professionnels et consommateurs
  • cas de recouvrement de créances dans lesquels le créancier a l’intention de se prévaloir d’un décret d’injonction
  • procédures préalables de conseils techniques aux fins du règlement du différend
  • procédure d’objection ou de cognition accidentelle liée à l’application forcée
  • cas où la partie peut être jugée personnellement
  • travaux de la salle du conseil
  • actions civiles menées dans le cadre de procédures pénales.

Il

est clair qu’il s’agit d’une mesure visant à décongestionner les tribunaux des nouvelles affaires civiles.

Lisez aussi -> Comment vérifier un arrêt administratif de voiture ?

Qui paie la négociation assistée obligatoire ?

La préoccupation de nombreux citoyens concerne précisément les coûts de la procédure. Mais la bonne nouvelle est que les coûts supplémentaires de la négociation assistée obligatoire ne sont pas supportés par le citoyen. Étant donné qu’il s’agit d’une obligation, l’avocat ne doit pas être indemnisé, car les parties sont en mesure d’être admises à l’aide juridique aux dépens de l’État.

Comment pouvons-nous procéder alors ? Il suffira de donner à l’avocat une déclaration de remplacement pour l’acte de notoriété et de produire la documentation qui prouve la véracité de la déclaration.

Lisez aussi -> Tampon de voiture d’occasion : qui paie la taxe de circulation ?

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up