nouvelles de la réforme du cadastre La réforme du cadastre

se poursuit avec une intervention décisive de la Revenue Agency. Les classifications immobilières de milliers de logements seront modifiées. Quels seront les effets pour les contribuables ?

La publication de la réforme du cadastre sera incluse dans le prochain DEF, Document on Economics and Finance, qui sera présenté et discuté en avril 2018. Le point de départ sera la réinterprétation du revenu cadastral des bâtiments avec une évaluation effectuée non plus sur les pièces mais sur les mètres carrés. Par conséquent, la valeur commerciale sera également modifiée, ce qui deviendra un élément de référence dans les métiers immobiliers.

Par le passé, l’Agence du revenu était intervenue sur le sujet en corrigeant les catégories immobilières. De cette façon, une attention particulière a été accordée à ceux qui étaient particulièrement discordants en ce qui concerne les conditions réelles des bâtiments. Le sujet des changements ? En particulier, les classifications immobilières des propriétés situées dans les centres historiques.

Lire aussi>> Comment demander des règlements cadastraux en ligne

Réforme du cadastre : nouvelles classifications immobilières

La réforme esquissée par l’Agence et diffusée à l’occasion du rapport sur la performance du marché immobilier prévoit diverses innovations dans la classification des biens immobiliers. Un élément important de nouveauté sera représenté par l’introduction d’une nouvelle classification en fonction de l’utilisation prévue du bien. En fait, nous travaillons sur la distinction entre une section ordinaire et une section spéciale qui prendra en compte non seulement les destinations d’utilisation du bien mais aussi les conditions économiques et sociales du contexte.

La réforme prévoit également la redéfinition des mécanismes de recensement des bâtiments de valeur historique et artistique situés dans les centres historiques. En raison des charges découlant de l’entretien et du stockage, plus pertinentes que les autres catégories de biens immobiliers.

Les municipalités joueront également un rôle actif dans la réforme du cadastre. Il leur incombe d’identifier les soi-disant « propriétés fantômes » dans le but d’empiler et de les imposer. L’Agence soutiendra l’action des municipalités sur le territoire par le biais d’outils informatiques pour la détection par satellite des bâtiments. L’objectif principal sera également de faire ressortir des bâtiments ruraux non cadastralement enregistrés, ainsi que des terres agricoles.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les catégories cadastrales et en connaître la signification, nous avons créé un tableau contenant les spécifications relatives à toutes les catégories de biens immobiliers. Téléchargez gratuitement le tableau des catégories cadastrales.

Quelles catégories de biens immobiliers seront affectées par la réforme ?

Tout d’abord, les maisons des centres les ou pour des raisons historiques sont inscrites dans les catégories cadastrales A4, maisons populaires et A5.

Le statut et la valeur de ces bâtiments sont souvent totalement différents de ceux décrits dans les catégories cadastrales. En fait, ces bâtiments doivent correspondre à des « unités immobilières appartenant à des bâtiments présentant des caractéristiques de construction et des finitions de très bas niveau, normalement non équipées de sanitaires exclusifs à l’assainissement ». Mais souvent, l’Agence a été confrontée à des propriétés de luxe dont la teneur est beaucoup plus élevée que la catégorie prescrite.

Augmentation des enregistrements dans les catégories A2, A2 et A3

Un pourcentage élevé de foyers considérés comme populaires ou ultra-populaires sont passés aux catégories cadastrales A1, A2 et A3 respectivement civiles, majestuelles et économiques. Un passage qui a conduit à une augmentation du nombre de logements étudiés dans ces catégories. Cette augmentation a également affecté la catégorie cadastrale A7 des chalets.

Comme l’a souligné l’Agence du revenu, les unités immobilières étudiées dans les catégories cadastrales du groupe A, de la catégorie A1 à A11 à l’exception de l’A10, sont des maisons et se sont révélées à 34,6 millions, soit environ 170 000 unités de plus que celles enregistrées lors du dernier recensement.

Cliquez ici pour télécharger le rapport complet sur les statistiques cadastrales 2017.

En détail des catégories individuelles :

  • les maisons des catégories A1, A2, A3 (maisons seigneuriales, civiles et économiques) et A7 (villas et chalets) ont augmenté ;
  • Les logements populaires et ultrapolaires (A5 et A6) ont diminué d’environ 5 % et les maisons de valeur particulière (A9) ont diminué d’environ 1 % ;
  • parmi les catégories cadastrales de maisons, celles qui ont une plus grande part d’unités PNF par rapport au chiffre global, sont les maisons les plus précieuses (A1, A8 et A9) et les foyers de lieux typiques (A11).

Près de 90 % des unités résidentielles sont enregistrées dans le cadastre parmi les maisons civiles (A2), économiques (A3) et populaires (A4).

Source : Agence du revenu

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up