Phil Mickelson détruit le PGA Tour et explique pourquoi il est en pourparlers avec les Saoudiens

PACIFIC PALISADES, Californie – Si vous pensiez que Phil Mickelson avait joué cartes sur table lorsqu'il a qualifié le PGA Tour d'« odieusement gourmand », vous n'avez encore rien vu.

Dans une interview avec Alan Shipnuck du Fire Pit Collective, auteur du livre à paraître "Phil: The Rip-Roaring (and Unauthorized!) Biography of Golf's Most Colorful Superstar", Mickelson n'a pas hésité à saccager le PGA Tour et à expliquer pourquoi il a été engagé dans des conversations sur l'adhésion à la Ligue saoudienne de golf. Comme l'a dit Shipnuck, il "a ouvert une veine".

Voici quelques-uns des extraits les plus juteux.

De s'associer à l'Arabie saoudite dans une ligue de golf saoudienne en échappée très médiatisée, Mickelson a expliqué pourquoi il l'envisagerait même :

"Ce sont des mères effrayantes avec lesquelles s'impliquer", a-t-il déclaré. "Nous savons qu'ils ont tué Khashoggi et qu'ils ont un bilan horrible en matière de droits de l'homme. Ils exécutent des gens là-bas parce qu'ils sont homosexuels. Sachant tout cela, pourquoi l'envisagerais-je même ? Parce que c'est une occasion unique de remodeler le fonctionnement du PGA Tour. Ils ont pu se débrouiller avec des tactiques manipulatrices, coercitives et musclées parce que nous, les joueurs, n'avions aucun recours. Aussi gentil qu'un gars puisse paraître, à moins que vous n'ayez de l'influence, il ne fera pas ce qui est juste. Et l'argent saoudien nous a finalement donné cet effet de levier. Je ne suis même pas sûr de vouloir réussir, mais le simple fait d'en avoir l'idée nous permet de faire avancer les choses avec le Tour.

De son désir de s'approprier les droits médias :

«Ils sont assis sur des centaines de millions de dollars de contenu numérique que nous pourrions utiliser pour nos flux de médias sociaux. Les joueurs doivent posséder tout cela. Nous avons joué ces coups, nous avons créé ces moments, nous devrions être ceux qui en profitent. Le Tour n'a pas besoin de cet argent. Ils sont déjà assis sur un stock de liquidités de 800 millions de dollars. Comment pensez-vous qu'ils financent le PIP ? Ou investir 200 millions de dollars dans l'European Tour ? Le Tour est censé être une organisation à but non lucratif qui distribue de l'argent à des œuvres caritatives. Comment diable est-il légal pour eux d'avoir autant d'argent en main ? La réponse est, ce n'est pas le cas. Mais ils en veulent toujours plus. Ils doivent tout contrôler. Leur ego ne leur permettra pas de faire les concessions dont ils ont besoin.

Sur la façon dont il aimerait que la structure politique du Tour soit repensée :

"Le Tour aime prétendre que c'est une démocratie, mais c'est vraiment une dictature", a déclaré Mickelson à Shipnuck. «Ils divisent pour régner. Les préoccupations des meilleurs joueurs sont très différentes de celles des gars qui sont plus bas sur la liste d'argent, mais il y en a beaucoup plus. Ils utilisent les meilleurs gars pour améliorer leur propre situation, mais les meilleurs gars n'ont pas leur mot à dire.

L'idée de Mickelson pour la gouvernance est, selon Shipnuck, basée sur le Congrès américain. La vaste classe moyenne du Tour serait comme la Chambre, votant sur des idées qui seraient ensuite rejetées ou modifiées et finalement ratifiées par un corps beaucoup plus petit semblable à un Sénat composé des plus grandes stars du jeu. "De cette façon, rien ne sera fait sans l'approbation des deux parties", a déclaré Mickelson.

Mickelson sur la probabilité que le SGL aille de l'avant :

"Je connais 20 gars qui veulent faire ça et si le Tour ne fait pas ce qu'il faut, il y a de fortes chances que cela se produise."

Mickelson parle d'un gros match, mais bluffe-t-il simplement de partir pour la SGL et d'exploiter la menace pour autant de concessions que possible (PIP, bourses plus importantes, argent bonus pour avoir joué 15 événements jusqu'à présent) ? Le Tour appellera-t-il son bluff?

Seul le temps nous le dira.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up