Quelles sont les infractions fiscales ?

Tous ces comportements directement préjudiciables aux intérêts fiscaux relèvent du libellé des crimes fiscaux. La loi de référence en la matière est le décret-loi 74/2000, puis révisé en 2014-2015 dans le but d’introduire de nouveaux cas de criminalité d’une part, et d’autre part, d’une exacerbation ou d’une atténuation des sanctions prévues.

Quelles sont donc les infractions fiscales actuellement en vigueur et leurs amendes ?

  1. Déclaration frauduleuse par l’utilisation de factures ou d’autres documents pour des transactions inexistantes (dans le décret-loi 74/2000 correspond à l’article 2 des infractions fiscales).

Vous vous heu dessus quand :

  • la déclaration, les documents et les factures ne sont pas authentiques
  • sont capables de détourner ou d’entraver l’activité d’évaluation par l’administration financière.

Il s’agit de l’infraction fiscale la plus grave, qui prévoit une peine d’emprisonnement allant de 1 an et 6 mois à 6 ans.

  1. Déclaration frauduleuse par d’autres formes artificielles

Le crime en question consiste à tacher qui, pour s’acquitter de la TVA ou de l’impôt sur le revenu, indique des actifs inférieurs aux actifs réels, ou des éléments imposables fictifs ou des crédits fictifs et retenues à la source.

Cependant, il est nécessaire que :

  • la taxe exécutée est supérieure à 30 000 euros ;
  • le montant total des éléments actifs volés est supérieur à 5 % du montant total des éléments actifs indiqués dans la déclaration ou, dans tous les cas, plus de 1 500 000 euros
  • ou le montant total des crédits et des retenues fictives est supérieur à 5 % de l’impôt lui-même ou, en tout cas, à 30 000 euros.

La pénalité est la même que dans le cas précédent.

  1. Déclaration infidèle

Bien que le comportement criminel précédent soit « réservé » aux sujets tenus de conserver des registres comptables, cela s’étend également aux autres parties qui, pour traiter la TVA ou l’impôt sur le revenu, déclarent faux (qu’il s’agisse d’éléments actifs inférieurs au montant réel ou d’éléments passifs inexistants).

Cependant, il est nécessaire que :

  • la taxe s’élève à plus de 150 000 euros ;
  • le montant total des éléments actifs retirés de l’impôt dépasse 10 % du montant des éléments actifs indiqués ou dépasse en tout cas 3 000 000 d’euros.

La peine comprend une peine d’emprisonnement allant de un à trois ans.

  1. Déclaration omise

Celui qui ne présente aucune déclaration, même s’il est obligé envers vous, commet un crime si l’évasion, pour chaque hommage, dépasse 50 000 euros

Il ne constitue pas une infraction à quiconque fait une déclaration :

  • dans les 90 jours suivant la fin de la date limite
  • non abonné
  • sur un imprimé 6 mois à 4 ans, même en cas de déclaration omise du substitut fiscal supérieur à 50 000 euros.
    1. Émission de documents pour des transactions inexistantes

    Il tache ceux qui, afin de permettre à des tiers de s’acquitter de la taxe, émettent des documents relatifs à des transactions inexistantes.

    Il est puni d’une peine d’emprisonnement allant d’un an à 6 mois à 6 ans.

    1. Dissimulation ou destruction de documents comptables

    La destruction, totale ou partielle, de documents ou de documents comptables pour lesquels la loi est tenue de préserver est un crime et est puni d’une peine de prison d’un an et de six mois à six ans.

    1. Paiement de la TVA omis

    Si vous ne payez pas la TVA due sur la base de la déclaration annuelle, vous commettez un crime et vous êtes puni d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans, si :

    • le montant dépasse 250 000 euros pour chaque période fiscale
    • si le non-paiement dépasse la date limite de paiement de l’acompte pour la période fiscale suivante.
    1. Compensation injustifiée

    Vous êtes puni de 6 mois à 2 ans d’emprisonnement si, en compensation de l’impôt dû, le crédit déclaré n’est pas supérieur et dépasse 50 000 ; d’un an et de 6 mois à 6 ans si le crédit est inexistant et dépasse la même somme.

    1. Soustraction frauduleuse du paiement d’impôts

    Ceux qui, pour ne pas payer d’impôts sur le revenu, les intérêts et les sanctions, pour un montant supérieur à 50 000 euros, commettent des actes frauduleux sur eux-mêmes ou sur les biens d’autres personnes sont punis de prison de 6 mois à 4 ans.

    Si l’impôt non payé ou payé dépasse partiellement 200 000 euros, l’emprisonnement varie d’un an à six ans.

    1. Transmission de faux documents ou de faux documents

    Quiconque expose ou transmet de faux actes ou documents ou fournit des données ou des nouvelles qui ne répondent pas à la vérité, lors d’une évaluation contre des infractions fiscales, commet une infraction fiscale pénale, punie à la fois pénalement et avec une sanction accessoire.

    Que vous soyez accusé d’un de ces crimes ou que vous soyez la partie lésée, vous devez être suivi par un avocat fiscal expérimenté. Si vous habitez à Milan ou dans une province, vous pouvez essayer de chercher votre avocat sur ce site : avvocatitributaristi.com.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up