Qui paie ? Comment se protéger en cas de décès ?

Chaque immeuble est tenu de payer périodiquement des parts en espèces afin de compenser l’utilisation des services dits de copropriété partagés. Les frais d’électricité, d’eau, de chauffage, d’entretien général et de nettoyage sont tous des frais de copropriété payés proportionnellement par tous les condos, et tous les condos doivent payer les frais de paiement. Mais que se passe-t-il si cela n’arrive pas ? Comment le directeur de la copropriété devrait-il se comporter envers la copropriété moroso ?

Dans cet article, nous allons passer en revue :

Quand un condominium est-il considéré comme un moroso ?

Une fois que les dépenses de copropriété ont été quantifiées, l’administrateur du condominium demande à tous les condominiums, après approbation préalable de la répartition des dépenses lors de la réunion de copropriété, le paiement des sommes dues.

Mais la gestion d’un immeuble comporte également des obstacles désagréables. Parmi ceux-ci, il faut gérer les pratiques de collecte de crédits impayés dans les condominiums morosi.

Bien qu’il arrive souvent de lire sur les condominiums morosi, la vérité est que ce terme n’acquiert une valeur juridique qu’après que la copropriété qui a dû effectuer une certaine action ne l’ait pas exécutée dans les conditions établies. Ce n’est que dans ce cas que l’on peut parler de condominiums morosi.

À partir de cette première définition, nous pouvons donc extrapoler la première ligne directrice majeure sur la morosité des copropriétés.

Pour identifier et définir le « statut » d’une copropriété, nous devons nous fier à la fin du paiement, et pour identifier précisément ces termes, nous pouvons nous référer aux règles qui régissent le délai d’exécution des obligations ; au contenu du procès-verbal de l’assemblée des actionnaires, des règlements de copropriété et/ou le devis, le bilan final et les plans d’allocation correspondants ou, dans le cas de dépenses commandées par l’administrateur, à la mesure par laquelle ils ont été demandés.

Simplifiant, le condominium moroso est l’individu qui n’est pas en règle avec les paiements par rapport à des délais spécifiques.

Que se passe-t-il si un condominium ne paie pas les coûts ?

La crise qui a touché notre pays, également grâce à la pandémie de coronavirus dans laquelle nous vivons, a bouleversé l’existence de tant de personnes.

De nombreux condominiums, du jour au lendemain, se sont retrouvés dans la condition de ne pas payer les actions et les dépenses en copropriété. D’autres, en revanche, refusent simplement de payer certains quotas et certaines dépenses parce qu’ils les considèrent inutiles et/ou non obligés.

Qui ne paie pas le chauffage de la copropriété ?

Un exemple, tiré du manuel de cette deuxième hypothèse, est celui des copropriétés (avec des immeubles au deuxième étage) qui refusent de payer les frais de rénovation du toit de l’immeuble ou ceux des immeubles d’habitation qui ne veulent pas payer de frais légers et commun.

Quand l’administrateur doit-il prendre le décret d’injonction ?

Si un immeuble d’appartements refuse de payer les dépenses, le directeur de la copropriété (qui, comme nous l’avons déjà souligné, a le devoir de demander aux immeubles d’habitation le paiement des dépenses dès qu’il a été approuvé pour le départ de l’assemblée de copropriété) a le droit d’insister et d’exhorter les moroso condominium pour payer ses dettes, mais si cela ne le remplit pas, il faudra recourir à la protection juridique d’un avocat pour demander un décret d’injonction exécutif contre la copropriété moroso.

Cependant, nous vous rappelons que l’assemblée du condominium peut décider de donner plus de temps à la copropriété moroso. Mais si la réunion ne s’exprime pas, le directeur du condominium est tenu de mettre en place toutes les actions utiles pour recouvrer la dette.

L’administrateur qui ne s’active pas pour résoudre la situation, six mois après la fin de l’exercice, peut être révoqué sans préavis de son bureau et on peut lui demander une indemnisation pour les dommages.

La

copropriété moroso qui ne s’oppose pas au chèque de paie, à la pension, au compte bancaire ou à la maison peut être saisie.

Qui paie le décret d’injonction dans la copropriété ?

Le décret d’injonction exécutive pour le paiement des actions et des dépenses en copropriété est un acte qui survient à la demande du créancier (l’administrateur du condominium en tant que représentant légal de la copropriété). ) parce que le créancier s’est retrouvé dans la situation de devoir récupérer le crédit dans un court laps de temps.

L’acte, cependant, est né de la responsabilité de la copropriété Moroso qui, en tant que responsable, devra également payer les frais juridiques activés pour la procédure.

Comment retrouver la copropriété moroso ?

La copropriété moroso peut être retracée très simplement, en utilisant les services en ligne proposés par VisureItalia.

Suivi des contrats de location rapprochés

Vous aurez besoin de :

  • Nom Code fiscal
  • , personne physique ou entreprise

Vous aurez besoin de 

:

  • Province
  • Municipalité
  • Adresse ou emplacement
  • Plan
  • Destination
<p

Vous aurez besoin de :

  • Nom du
  • siège social de la province
  • Nom

  • Code fiscal de la société (sas, snc, srl, spa..) ou entité juridique

Suivi de la personne physique du compte

Vous aurez besoin de :

Entité juridique de suivi de compte Fermer

Vous aurez besoin de :

  • Nom du code fiscal
  • ou numéro de TVA

Qui paie les dettes d’un immeuble d’appartements moroso ?

Si un immeuble d’appartements moroso ne paie pas, de quoi devrait-on payer ses dettes ? La question est l’une des plus épineuses en matière de copropriété. Des dizaines et des dizaines d’assemblées de copropriétés enflammées ont eu lieu sur cet aspect.

Jusqu’en 2012, notre système ne prévoit aucune discipline spécifique régissant la question, mais avec la publication de la loi n° 220 du 11.12.2012, le législateur est intervenu en fixant une contrainte explicite entre les copropriétés en ce qui concerne les obligations contractées par l’administrateur, modifiant l’article 63 de la Loi.

La loi, comme nous l’avons dit, établit un principe de solidarité certain entre les copropriétés (un peu comme les membres d’une société de particuliers), de sorte qu’un créancier a le droit d’agir pour son crédit pour chaque immeuble d’appartements. L’action est cependant liée par le principe de subsidiarité, car la loi oblige le créancier à agir d’abord contre la copropriété moroso.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up