taxes autonomes pour chaque achat et vente

Dans les actes qui incluent divers métiers immobiliers (actes multiples), chacun de ces actes réduit de manière autonome les impôts hypothécaires et cadastraux. La condition principale de la mise en œuvre de ce principe est qu’il s’agit de magasins entre lesquels il n’existe aucune contrainte de connexion objective. Nous allons approfondir ce sujet dans notre article.

INDEX :

Quelle est la définition des actes multiples ?

Ce sont des actes formellement uniques, mais ils contiennent autant de mesures que les destinataires. Par exemple, la nomination des gagnants d’un concours est un acte pluriel, car les mesures individuelles sont indépendantes et le sort de l’un n’a pas d’impact sur les autres. En plus d’un seul vendeur vendant trois propriétés à trois acheteurs différents ou vice versa.

Alors qu’un acte pluriel contient des dispositions plus autonomes, un seul acte mais un objet multipluriel présente une disposition unique faisant référence à davantage de sujets et/ou d’objets. Cette disposition est un accord de négociation qui a des effets juridiques autonomes, ainsi que différents sujets, sujets et causes.

Que sont les impôts hypothécaires et cadastraux ?

L’impôt hypothécaire est un hommage indirect important aux formalités du Conservatoire des registres immobiliers. Réglementée par le décret-loi 347 du 31/10/1990, il s’agit d’une taxe à payer en cas de transcription, d’enregistrement, de renouvellement, d’annulation et d’annotations dans les registres immobiliers publics. En général, ces pratiques résultent de transferts immobiliers, de successions, de dons et de la création de prêts hypothécaires ou de droits de jouissance réels tels que l’usufruit.

La taxe cadastrale, en revanche, est due chaque fois qu’une voltura cadastrale est effectuée. Il est payé à la suite de cessions, d’héritages, de dons ou de l’établissement de prêts hypothécaires et de droits réels. Également réglementée par le décret législatif susmentionné, cette taxe ne prend en compte aucun passif du défunt, car elle affecte toute la valeur immobilière déclarée successivement.

LIRE AUSSI >> Conservatoire du Registre immobilier : de quoi s’agit-il et à quoi sert-il ?

Fiscalité des actes multiples de l’Agence du revenu

La Cour de cassation indique clairement que les achats et les ventes de biens immobiliers, même s’ils sont contenus dans la même loi, réduiront les impôts hypothécaires et cadastraux de manière autonome. Cela peut se produire s’il s’agit de magasins parmi lesquels il n’existe aucune contrainte de connexion objective.

En outre, l’article 21 du Texte unique sur la taxe d’enregistrement (TUR) régit la taxation des actes contenant de multiples dispositions, en indiquant que :

  • si un acte contient d’autres dispositions qui ne dérivent pas nécessairement, pour leur
  • et d’autres, chacune d’entre elles est assujettie à l’impôt comme s’il s’agissait d’un acte distinct,

  • si les dispositions de la loi dérivent nécessairement, par leur nature inhérente
  • , l’impôt s’applique comme si la loi contenait uniquement les qui donne lieu à l’imposition la plus coûteuse,

  • ils ne sont pas assujettis à des dettes fiscales ni à des frais liés à d’autres dispositions, en plus des reçus émis dans la même loi qui contient les dispositions auxquelles ils se réfèrent.

Enfin, la Cour de cassation souligne qu’il est nécessaire qu’il existe un lien entre les conventions, aux fins d’une imposition unique, un lien qui ne dépend pas de la volonté des parties, mais qui soit, avec une causalité objective, inhérent, le cas échéant, juridiquement et conceptuellement, à la conventions elles-mêmes.

Sommaire

Dans la même catégorie

Go up